Dimanche-Confidences: La fois où j'ai (presque) tout lâcher

03 Juillet 2016 | Anne-Marie Gobeil

Je reçois relativement fréquemment des questions de filles ne portant pas nécessairement sur la nutrition, le cardio, les suppléments, les exercices de fessiers...En fait, j'ai remarqué que je me trouvais souvent dans les souliers d'une prodigueuse de conseils. Et oui, il y a, je dirais, AU MOINS 50% de mon travail de coach en entraînement qui se passe non pas dans le gym, entre deux séries de squats, mais bien entre les deux oreilles de mes clientes et en tant que thérapeute. Le corps et l'esprit sont liés; si l'un va mal, l'autre ira mal aussi. 

J'aime personnellement m'imaginer que je me retrouve plutôt dans les souliers d'une grande soeur.  Le terme "thérapeute" a une connotation "mention de pratique professionnelle illégale" dans mon livre à moi! Alors disons que je suis une grande soeur. 

Je sais que je veux absolument que ce Blog reste informatif, éducatif et une excellente ressource de contenu en matière de nutrition, de santé, d'entraînement et de beauté, mais je ne veux pas non plus manquer l'occasion de l'imprégner d'un peu de personnnalité et surtout de m'ouvrir à toi plus que pour te parler simplement de patates douces et de mes Workout HIIT favoris.
Pas que ça ne soit pas intéressant et que je juge que mes aventures du quotidien le soient plus...mais, je me dis que peut-être que mes expériences personnelles pourront te rejoindre et que ça te permettra d'être O.K. toi aussi avec le fait d'être humaine, imparfaite, trop sensible et probablement akward par moments. En bref, si ça peut te faire sourire l'espace de 10 minutes, mission accomplie pour moi. 

Je n'ai aucun tatouage. Simplement parce que je suis une personne extrêmement intuitive. J'ai une intuition de BÉTON (pardon les garçons, mais je SAIS quand votre "amie de fille" est plus qu'une amie de fille, je suis infaillible). Je suis donc instinctivement dit que si je me faisais tatouer quelque chose d'insignifiant sans valeur, j'Allais inévitablement le regretter. Sauf que! J'ai vraiment envie de me faire tatouer le mot "Balance" partout sur le corps. En l'espace des 7 derniers jours, j'ai plus changé au niveau personnel, spirituel et professionnel que dans les 2 dernières années. J'en ai brièvement parlé sur mes réseaux sociaux personnels, mais en gros j'ai laissé tomber tout ce que j'avais et faisais, j'ai pris une grande respiration et je suis repartie à neuf. Ground zero.  J'ai décidé de créer une nouvelle entreprise de A à Z et honnêtement, c'était plus qu'une entreprise ou qu'un blog pour moi: c'était une rébellion.

J'étais insatisfaite. Carrément. Mais je ne me laissais pas le DROIT de me sentir insatisfaite. Simplement parce qu'autour de moi, les gens avait une perception différente de la mienne. "Tout va bien!" "Ça va bien les affaires!" "La shape va bien, wow!". NON. Tout ne va PAS bien. J'enterrais mes propres émotions parce que celles-ci seraient mal-reçues ou incomprises. Je devrais me sentir comblée, non? Et là je veux te souligner encore une fois l'importance de te fier à ton instinc; si tu SENS que quelque est de travers, généralement, ce l'est. Et si tu te sens croche, tu as le DROIT de vouloir corriger ce qui cloche. 
En gros, j'ai compris que tout ce que je faisais était du non-sens. Premièrement, physiquement, je brûlais la chandelle par les deux bouts: manque de sommeil, trop de cafféine, trop de cardio, pas assez de social, pas assez de calories, trop de stress. Deuxièmement, psychologiquement et professionnellement, je me sentais prise dans un tourniquet. Coincée. Et c'est quand j'en ai eu assez d'être incapable de me tirer du lit le matin que j'ai compris que j'avais, depuis des mois, fait tout ce que les autres voulaient que je fasse avec mon corps et mon esprit sans même accorder 2 secondes d'Importance à ce que MOI je voulais en faire. 

Des préparations de compétitions dans lesquelles je m'embarquais aux engagements professionnels, je ne m'écoutais JAMAIS. Sur mute. Je fesais les choses robotiquement, parce qu'on s'Attendait à ce que je les fasse. Je me mettais en mode cruise-control. Et je suis la seule à blâmer là-dedans. Sauf qu'à un moment donné, tu dois prendre la bretelle de sortie de l'autoroute si tu veux rentrer à la maison. 

Mais surtout, je me suis rendue compte que j'avais besoin plus que jamais de lire et relire la définition du mot ÉQUILIBRE dans le dictionnaire. Je veux dire. Ce n'est pas comme si on ne m'avait pas avertie. Ça allait arriver. Et à ce moment-là, quand j'allais tombé la tête première en marchant à tâton dans mon propre désordre, la façon dont j'allais gérer la situation serait totalement imprévisible.

Alors j'ai fait quoi quand c'est arrivé, la semaine dernière?

Je me suis d'abord excusé à moi-même et je me suis également permise de me pardonner. Je m'étais manqué de respect à moi-même et j'étais restée en mode mute pour ne pas déranger. Et c'est un phénomène global; malgré l'équité des sexes aujourd'hui (du moins sur papier), les femmes ne sentent toujours pas qu'elles peuvent complètement assumer leur propre énergie forte. Peut-être que c'est pour cela que la musculation ,le crossfit et le powerlifting connaissent un gain de popularité incroyable chez les femmes. Est-ce une matérialisation de notre besoin commun de faire reconnaître notre force innée? Probablement. Mais c'est un autre sujet. 

Donc, comme un ordinateur qui boggue, j'ai pressé le bouton "Reset" de ma vie. Click-delete. J'ai tout lâcher. Ou presque. La théorie du grand ménage: on accumule, on empile, mais éventuellement, il faut sortir les poubelles. Je suis repartie à neuf. Ground zero. J'ai délaissé tout ce que je faisais. J'ai tout lâché. Ou presque...

Presque, parce que cette fois-ci, je n'ai pas délaissé ce que j'aimais et ce qui m'animait: l'écriture, la recherche de la santé et le besoin de transmettre et de communiquer.
Pas besoin de bien plus que ce qui nous passionne pour créer quelque chose. J'ai démarré Barbelle, une entreprise qui me ressemble, qui te ressemble et qui nous rassemble. Une énorme risque, mais vous savez. plus on vit dans le risque, plus on se sens en vie
J'ai été surprise de mon calme. Je pense qu'il est dû au fait que j'ai juste accepté le fait que j'allais tombé en pleine face quand j'étais en chute libre. En acceptant que pour chaque haut il y aies un bas qui nous attend, quelque part, je crois qu'on se permet de penser à des solutions moins rationnelles, mais plus brillantes et innovatrices. En chutant, j'ai littéralement eu le meilleur élan de créativité de ma vie. Tu crois que c'est arrivé par magie?

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».