Devrais-tu vraiment utiliser les CHEATMEALS?

14 Janvier 2017 | Anne-Marie Gobeil

L'idée du fameux "cheat-meal" hebdomadaire donne l'eau à la bouche à tous les adeptes de diètes. 


Et voilà deux mots que je déteste au plus haut point:
1) CHEAT-MEAL: Ou repas triche, en bon français, insinue que vous déviez, que vous trichez. Mais, la vérité, c'est que personne ne va suivre parfaitement un plan alimentaire jusqu'à la fin de ses jours; autant faire la paix tout de suite avec ces aliments "fun" qui ne vous tueront pas s'ils sont consommés à l'occasion. 

2) DIÈTE: Une diète n'est PAS un mode de vie. C'est un protocole strict qu'on suit pour une courte période de temps; il y a une date de début et une date de fin. La diète est restrictive et permet d'atteindre un objectif bien précis. Personne ne peut (ou ne veut) passer sa vie à suivre une diète. 

Les diètes sont suivies par les athlètes; et les cheat-meal sont consommés par les gens qui ne voient pas leurs objectifs à long terme.

Si l'on débute en remplaçant ces deux mots par deux mots pour les rendre plus appropriés à notre situation; remplaçons CHEATMEAL par REPAS RÉCOMPENSE et DIÈTE par ALIMENTATION. De cette façon, vous serez sur la même longueur d'ondes que moi pour la durée de ce blog !

Alors, oui ou non à la pizza entre amis du vendredi soir?

C'est ici que deux écoles de pensées vont se fracasser. Deux façons de voir les choses auxquelles j'adhère entièrement moi-même dans le sens où elles sont toutes deux applicables, car "ça dépend!" Ça dépend de chaque individu, non seulement de son métabolisme, de sa génétique, de sa masse musculaire, de son niveau d'activité physique, de son taux de gras actuel, mais aussi de sa capacité à être assidue, de son niveau de discipline actuel, de son niveau de motivation et du facteur "social" et "environnemental". 

Premièrement, on pourrait très bien soutenir que les repas-récompenses doivent être MÉRITÉS.

Et c'est vrai ! Vous avez mon total endossement sur cette façon de voir les choses. Pour qu'un repas libre soit bien utilisé par le corps (et pas expressément envoyé directement dans nos fabuleuses réserves de gras), il faut d'abord vider nos réserves de glycogen musculaire (l'énergie contenue dans le muscle) afin de les rétablir avec notre repas libre. En fait, le corps fait réserves de glycogen plutôt que réserves de graisse à ce moment-là puisque le besoin d'énergie est imminent. Cependant, pour vider nos réserves de glycogen intra-musculaire, il faut travailler et travailler FORT durant plusieurs jours autant au gym qu'au niveau de notre nutrition, dernière qui ne doit PAS comprendre la consommation de glucides simple ou rapides qui inhibent la combustion du glycogen. Le repas libre devient donc acceptable et justifiable quand on a payé nos dues durant au moins une semaine.  

De plus, après une période de restriction calorique/glucidique, le corps se met tranquillement en mode "famine". Le métabolisme peut commencer à ralentir, le corps déclenche la production de ghréline (l'hormone qui stimule la faim) et diminue la production de leptine (l'hormone qui aide grandement à conserver un métabolisme en forme). À ce moment précis, injecter un apport calorique supplémentaire "surprise" avec un repas-récompense peut renverser les effets néfastes d'un déficit calorique et "booster" ton métabolisme à nouveau.

Cependant, une deuxième école de pensée - à laquelle j'adhère AUSSI - suggère que les repas-récompenses permettent à la personne moyenne de rester saine d'esprit, de rester motivée plus longtemps en ne se sentant pas restreinte ni au niveau de son alimentation, ni au niveau de sa vie sociale.

Lorsqu'on suit une alimentation saine de façon rigoureuse pour la première fois, le choc du changement et l'adaptation nécessaire peuvent peser très lourd. Pour plusieurs personnes, c'est beaucoup trop de changements d'UN SEUL COUP, et simplement le fait de savoir qu'ils ont droit à une "récompense" une fois par semaine est suffisant pour les garder concentrés et assidus au niveau de leur nutrition. C'est un usage INTELLIGENT du repas libre sous ces conditions, selon moi, car celui-ci est un investissement sur le long-terme pour cette personne. Évidemment, là où ça se corse, c'est quand "repas-récompense" rime avec buffet à volonté et festival du dessert. Un repas libre reste UN REPAS CALORIQUE. Et ces calories VONT influencer ta progression, voir la ralentir. Tu dois en être consciente. Utilises le repas-récompense s'il t'aide à rester plus assidue le reste de la semaine mais ne t'attends pas à progresser si tu consommes 6000 calories en un seul repas, c'est incensé.

Des exemples de repas-récompense non dommageable? Des sushis sans friture, une grillade avec une frite de patate douce, un plat de pâtes sans gluten !


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».