Les raisons pour lesquelles je ne changerai pas pour toi, jeune homme

22 Janvier 2017 | Anne-Marie Gobeil

À maintes et maintes reprises j'ai reçu des messages déchirants. Des filles, des femmes qui veulent reprendre le dessus sur leur vie, sur leur corps, sur leur estime d'elles-mêmes et qui me montrent des photos de pseudo-vedettes sur Instagram, arborant un corps tantôt tout en courbes (naturelles ou pas) tantôt découpé au couteau sur leurs clichés potentiellement méticuleusement modifiés via une sournoise application s'apparentant à Photoshop. Vous savez, celle avec laquelle on peu rondir ses fesses ou bien affiner sa taille...Je n'en ai jamais utilisé une, mais j'en ai beaucoup entendu parlé dans le domaine! Incroyable, non...Ça pourrait être une bonne expérience sociale de faire le test de ce type d'application truqueuse, justement ! 

J'ai déjà été cette fille, moi aussi. Je croyais que mon véritable désir était de devenir, justement..désirable. Parce que dans la culture du web, la femme est admirée pour ses attraits physiques et reçoit la confirmation de sa valeur à coup de double-tap.  Et, c'est terrible, parce qu'elle se fait prendre au jeu qu'elle croit contrôler, à tort. Désirable aux yeux de qui, au juste ? Ah que vous me voyez venir. 

Je ne veux pas généraliser ou encore moins pointer du doigt, mais j'aime bien les sujets plus décontractés, plus crus, plus vrais. J'aime partager mon expérience avec toi, d'un coup que tu pourrais, comme moi, y trouver un peu de clarté. 

J'ai 23 ans. J'ai baigné dans l'ère du DoYouLookGood et du Tinder. Pour ajouter aux médias sociaux, on est à l'apogée du "on choisi une date comme on choisi une boîte de céréales". J'admets que c'est probablement la meilleure façon pour rencontrer du monde. Beaucoup de monde. Mais, on a oublié qu'il s'agissait de rencontrer des êtres humains et non la construction de ta parfaite petite poupée Barbie, coco. "Ew, celle-là n'est pas bonne" Swipe. "Pas la bonne couleur de cheveux." Swipe "Elle a l'air dodue" Swipe. "Pas assez de fesses" Swipe. Ça peut rester entre ton iPhone et toi. Le problème est quand tu commences à calquer un comportement du genre dans la vraie vie et que tout bonnement, tu te mets à me déballer un tas de "constatations" sur mon apparence physique.

Je pense que j'ai manqué un bout. Perdu le fil. Depuis mes débuts (lol) dans le monde du dating qui concordait avec mon physique qui devenait plus musculaire vu mon entraînement, j'ai eu droit à quelques (plusieurs) douches froides qui m'ont laissée très confuse non seulement par rapport à moi-même, mais aussi par rapport à la mentalité générale en place chez la gente masculine. Mes fantastiques "dates" me reprochaient tantôt d'être TROP musclée, trop robuste, massive, de ne pas avoir assez de seins, d'être forte, allant jusqu'à me dire que si je perdais quelques kilos, ils se verraient davantage avec moi. Néanmoins, ils me reprochaient AUSSI d'être too much, trop indépendante, d'avoir trop d'ambition, d'avoir des standards, d'attirer trop les regards des autres hommes, d'avoir du caractère. En bref, on me réprimandait parce que j'avais tout d'une femme et tout d'un homme ? Mais voyons. Alors, ils voulaient une belle petite poupée qui rirait de leurs blagues et n'aurait pas d'opinion ? Une "bonne fille" ça fait la cuisine et du shopping et ça se ferme? La femme objet est encore présente en 2017 et plus tu t'entête à te RÉDUIRE toi-même pour remplir ce rôle, moins tu y trouveras ton compte. 

J'avais l'habitude de me demander si je ne devais pas changer, au fond. Si quelque chose clochait réellement avec moi à un point tel que j'étais juste non-datable. Je me sentais CONSTAMMENT évaluée. Comme un échantillon qu'on teste dans un lot. Pourtant, moi j'aimais comment j'étais, j'avais véritablement confiance en moi et surtout, si j'appréciais les petites imperfections de l'autre, pourquoi cette personne ne me laissait pas le droit d'être humaine, moi aussi? Pourquoi devrais-je TOUJOURS être attirante ? Pourquoi je devrais avoir ENVIE qu'on me désire constamment ? Pourquoi je devrais me sentir comme si j'étais un trophée et rien de plus ? Pourquoi je me sentais inadéquate ou bien comme si tu n'avais pas totalement envie de me prendre pour la personne que je suis ? De quel droit tu te permets d'entrer dans mon esprit pour tenter de saccager mon estime de moi-même pour satisfaire tes petites préférences ?

Il n'en était PAS QUESTION. Tu me voulais plus délicate, moins forte, physiquement comme psychologiquement. Je déplaçais trop d'air et brassais trop de mots. Tu me voulais, mais en format réduit. Un format de poche, un format en mode mute qui te ferait sentir TELLEMENT PLUS GRAND, PLUS HOMME, toi.  C'était insupportable que je sois ton égale, c'était intimidant, n'est-ce pas ? Ça l'étais parce que je n'ai jamais été le problème. Tu peux me reprocher d'être TOO MUCH. Parfois, nous les femmes, on est justement TROP femme. Je te répondrai qu'au contraire, toi, tu n'étais pas assez. Et non, je ne changerai pas pour te plaire, jeune homme. Même si ça signifie que je deviendrai une éternelle célibataire, faire des compromis, ça ne veut pas dire limiter son potentiel pour ne pas te rendre inconfortable avec le tien.

 

 

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».