Est-ce que je vais perdre mes seins si je commence à m'entraîner ?

23 Janvier 2017 | Anne-Marie Gobeil

Telle est la question ultime des filles qui débutent l'entraînement ou bien qui commencent à l'aborder plus sérieusement.

Car si on veut se débarrasser de notre petit ventre, des notre bedung de cuisse et de nos bras pas assez définis à notre goût, on ne veut cependant ABSOLUMENT pas dire adieu à nos courbes féminines aka : the girls ! Et c'est NORMAL. On veut être en forme sans sacrifier nos atouts les plus féminins qui soit. 

Cependant, il se faut voir les choses telles qu'elles sont. La plupart d'entre-nous ne peuvent tout simplement pas tout avoir et si tu perds du gras, tu perdras des seins.

De un, commençons par ne pas prendre panique ! Ça ne veut pas dire que de débuter ou d'augmenter ton niveau d'entraînement supprimeras automatiquement ta poitrine. Il faut comprendre que si les seins sont composés de gras, il y a tout de même du tissu mammaire à considérer dans le galbe du sein. C'est là que la génétique entre en ligne de compte ! Certaines filles ont plus de gras que de tissu mammaire naturellement. Certaine filles perdront plus de gras plus facilement et plus rapidement au niveau de leur poitrine AVANT de perdre ailleurs sur leur corps. À ce niveau-là, au niveau de ta morphologie, de ta génétique, on ne peut rien faire pour se battre contre la nature. 

Je comprends ta réticence; j'ai moi aussi eu un drôle de sentiment en constatant au début de mon parcours que mon bonnet de soutient-gorge était passé d'un bon C à un B. Mais tu sais, d'un autre côté, je pouvais voir pour la première fois de ma vie mes muscles abdominaux, j'étais en forme, j'étais forme et côté courbe, je pouvais toujours compter sur mon nouveau popotin rebondi et musclé ! C'était même encore plus facile pour moi d'apprécier les courbes pour lesquelles j'avais, à coup de squats et de deadlifts, travailler si fort ! 

UNE QUESTION DE TAUX DE GRAS

Ce n'est pas nécessairement la musculation ou l'exercice qui réduira le volume de ta poitrine, en fait, c'est la perte de gras. Il est donc plus logique de pointer du doigt notre alimentation saine comme "coupable". Comprenant que les seins sont en majeure partie de la masse graisseuse, à quoi bon avoir une poitrine volumineuse si on ne nourris pas bien son corps, qu'on n'est pas en parfaite santé et qu'on n'aime pas ce qu'on voit dans le miroir tous les jours ? Selon moi, il n'y a pas de fumée sans flammes et c'est le genre de sacrifice qui VAUT LA PEINE. Honnêtement, je suis même maintenant HEUREUSE de mon petit B-cup. À qui les adorables hauts au dos dénudés, à qui les  délicates bralettes, à qui les fabuleux et confortables tops de sport? À moi. À moi. À moi. :)

TRAVAILLER LES PECTORAUX ? 

Bien sur que si ! Les pectoraux sont des muscles très importants dans la biomécaniques de PLUSIEURS mouvements en musculation. Les ranger aux oubliettes équivaut à éventuellement créer de sérieux débalancements musculaires. Les pectoraux sont aussi importants que n'importe quel autre muscle et même, pourront donner naturellement plus de volume à ta poitrine ! C'est un OUI !

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».