GUIDE DE SURVIE pour rester en forme et maintenir tes résultats tout en voyageant

16 Novembre 2017 | Anne-Marie Gobeil

Avant, j'étais une hermitte. Carrément.

Jusqu'à tout récemment, je n'avais jamais pris l'avion une seule fois en 23 années d'existence. Les destinations les plus exotiques que j'eusse jamais visitée étaient New York, lors d'un voyage scolaire au secondaire et Toronto pour des besoins de représentation à des expositions fitness. Oui, c'est la fin de ma triste petite liste. 

Pas que je n'avais pas envie de voyager, de découvrir de nouvelles cultures, de me pâmer devant la beauté des paysages lointains oui des miracles architecturaux, mais je pense que j'avais très peur d'être très contrainte. 

Contrainte avec mon entraînement, restreinte avec la disponibilité d'aliments santé ailleurs dans le monde, tentée de juste lâcher prise sur mes objectifs santé, t'sais. C'est juste que quand c'est tellement important pour toi, physiquement, mais surtout mentalement d'évacuer les mauvaises énergies et le stress via une bonne séance qui te laisse le front reluisant et le souffle court. Quand tu as connu la DIFFÉRENCE que font les bons aliments sur ta vitalité quotidienne, ta digestion, ta peau et la façon dont tu te sens, tu n'as vraiment pas envie de t'empiffrer de sucre, d'aliments transformés et d'aliments surchargés de gras durant plusieurs jours.  Je l'avoue, voyager me faisait peur ; j'avais une angoisse incroyable à l'idée de faire volatiliser tous mes progrès en l'espace de deux semaines. 

Je sais que beaucoup de femmes en dirait la même chose. On travaille toutes si DUR à la maison pour être en forme, faire les bons choix, rester assidue avec notre horaire d'entraînement. La dernière et pire chose qui pourrait nous arriver, c'est de voir tous ces beaux efforts volatilisés en l'espace d'une semaine ou deux et de se retrouver à la case départ à notre retour en sol canadien. 

Ceci étant dit, j'ai commencé à voyager un peu sur le tard (comparativement aux jeunes de MA génération qui ont 16 étampes différentes sur leur passeport à tout fraîchement 20 ans!) à 23 ans. En fait, j'ai bougé pas mal plus en l'espace de 6 mois que durant les 22 années antécédentes. Et puis, j'ai survécu et mes abdos aussi. C'est simplement un exemple, parce que dans mon cas, le premier endroit où je prend du gras, c'est mon abdomen ;  c'est juste comme ça que je suis génétiquement faite et c'est un excellent indicateur pour moi quant à ce qui se trame dans mon corps.

En fait, il y a bel et bien un monde de possibilités pour réussir à garder le cap quand on est en voyage. On doit déprogrammer dans nos cerveaux qui remuent et brassent beaucoup trop de pensées quant aux raisons pour lesquelles on va échouer si on part en vacances ou en voyage d'affaires et commencer à réaliser que c'est IMPOSSIBLE de scrapper en bon français 6 mois, un an, trois ans d'efforts constants en quelques jours. Il faut plutôt se donner des raisons de se maintenir, des stratégies pour A) rester sur le droit chemin du mieux qu'il nous est possible de le faire et B) apprécier et profiter de son séjour. Les deux sont indisociables et je ne voudrais surtout pas que tu quittes le pays avec l'idée que tu dois sacrifier les plaisirs de voyager pour rester en forme. Plutôt, je veux te partager mes meilleurs trucs pour combiner le meilleur des deux mondes.

La nutrition :

  • Soit réaliste avec tes objectifs pour la durée de ton séjour avant tout. Seras-tu apte à suivre à 110% tes saines habitudes? Probablement pas. Par contre, est-il raisonnable de viser à manger sainement à 80% et de se conserver un 20% de jeu pour tous les imprévus qui pourraient survenir? Définitivement. Rappelle-toi que ta nutrition doit tourner autour de ton mode de vie, pas le contraire. C'est CORRECT que tu goûtes à des mets locaux ou exotiques ; ne fait pas tout un plat pour quelques écarts. 
     
  • Peu importe où tu te trouves dans le monde, il y aura des marchés ou des épiceries. Certes, tu devras probablement sortir des grands centres et des zones touristiques pour t'éviter de constamment manger au restaurant, mais c'est possible de le faire. Je privilégie les options FACILES à consommer, conserver et emporter. Personnellement, je préfère de LOIN louer un AirBnb qui donne accès à une cuisine plutôt qu'une chambre d'hôtel, mais advienne que tu séjournes dans une chambre, des cannes de thon qu'on peut étendre sur des galettes de riz, des viandes séchées (pour celles qui en mangent), des sachets individuels de poudre de protéine, des noix, des bananes, du gruau minute, des barres de protéines et des fruits séchés se conservent bien à température ambiante et sont de bonnes options pour les collations et déjeuners. 
     
  • Si tu es confinée à un seul endroit faute de transport, tu peux AUSSI te débrouiller pour manger sainement dans 80% des restaurants. Lis mon Guide de survie au restaurant en cliquant ici
     
  • Il y a aussi beaucoup d'aliments que tu peux apporter avec toi. Si tu es sur la route que pour quelques jours, tu peux apporter quelques produits plus frais dans une glacière, comme des crudités tranchées, du hummus, du yogourt grec, des pommes, du beurre de noix naturel.  
     
  • Assure-toi de boire beaucoup d'eau. Rester hydratée lorsqu'on est occupée à visiter une nouvelle destination peut être incroyablement difficile, mais c'est l'un des facteurs les plus importants à considérer. Sur la route, pour éviter les millions de pipi-stops essaie d'éviter la caféine, qui est un diurétique naturel (et donc, qui te fait évacuer plus vite et plus souvent). Si tu bois de l'eau, attends-toi à arrêter quelques fois, mais par expérience, c'est nettement moins pire que lorsqu'on abuse du café.
    Pour éviter de dépenser 5,00$ pour une (minuscule) bouteille d'eau dans un endroit touristique (ou n'importe où en Europe, sérieusement!) pense à emmener la tienne dans tes bagages. J'aime celles qui peuvent s'attacher à un sac à dos (je sais, tellement touriste!) ou bien les bouteilles de 1L qui sont faites allongées et qui se glissent bien dans presque n'importe quel sac.  À partir d'ici, il n'y a pas de magie ; il faut juste que tu te conditionnes à penser à remplir ta bouteille et à boire de l'eau. 

 

Entraînement :

  • Encore une fois, reste réaliste avec tes objectifs entraînement comme tu l'es avec tes objectifs nutrition. Il est un peu irréaliste de viser à t'entraîner 5 à 6 fois par semaine, pour une heure, de la même façon que tu le ferais à la maison. Réalistiquement parlant, tu vas devoir apporter trois changements à ton entraînement : 
     
  • Réduis la fréquence de tes séances. Je vise personnellement toujours 3 entraînements par tranche d'une semaine quand je suis sur la route ou en vacances. Normalement, je prends un jour de repos entre chaque jour d'entraînement.
     
  • Réduire la durée de tes entraînements ; un entraînement de 20 à 30 minutes est excellent. Tu peux rendre ton entraînement plus intensif en utilisant ces techniques OU bien te référer à nos séances HIIT rapides pour t'assurer d'avoir un entraînement du tonnerre court, mais efficace. 
     
  • Transformer et adapter la façon dont tu t'entraînes à ton environnement et à l'équipement disponible ; il se peut que tu ailles accès à un gym où tu peux acheter quelques passes, ou bien que ton hôtel soit côté d'une salle d'entraînement avec un peu d'équipement ou encore que tu n'aies que la nature à ta disposition. Il y a tellement de façon de se construire un entraînement avec ce qui se trouve près de nous, tant qu'on est ouvertes d'esprit et créatives. Si tu veux un peu d'inspiration, regarde sur ces vidéos ce que tu peux faire comme entraînement dans un parc ou avec uniquement avec très peu d'équipement
     
  • C'est un peu plus délicat, mais les gens avec qui tu voyages feront une grande différence dans ta motivation et ta discipline pour tes entraînements. S'entraîner en groupe, c'est nettement plus motivant, surtout si tu dois t'entraîner tôt le matin avant de commencer ta journée d'exploration. Essaie d'inclure tes compagnons dans tes entraînements s'ils y sont intéressés et réceptifs. L'essentiel est de leur faire comprendre que c'est important pour toi et de ne pas te sentir coupable de prendre le temps de t'entraîner. 

Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi