Ce que j'ai l'intention d'enseigner à ma fille

18 Novembre 2017 | Anne-Marie Gobeil

Non, je ne suis pas enceinte. Si c'est ce que le titre t'a évoqué, je m'excuse de la déception. Je ne suis pas en mode maternité pour le moment - avec beaucoup de projets qui prennent vie, je n'ai pas la tête à fabriquer un petit humain pour l'instant. J'admire totalement les SuperMamans qui portent tous les chapeaux, mais ceux d'entrepreneur et d'entraîneur me vont déjà à merveille. 

J'aimerais quand même que tu restes avec moi pour la suite de ce blogue. Ne pars pas tout de suite, allez! 

Ah, super, tu as décidé de rester! C'est toujours plus agréable de parler à mon écran en sachant que tu es derrière le tient aussi. D'une drôle de façon, c'est comme si on avait une conversation, toi et moi. Et j'aime ça.

Ceci étant dit, je veux définitivement des enfants éventuellement. J'ai toujours eu envie d'avoir des mini-nous avant la trentaine. Il faut dire que ma mère m'a eu à 22 ans et que mes frères sont nés respectivement un et deux ans juste après moi. J'ai aimé avoir des parents jeunes qui débordaient d'énergie, qui étaient actifs. J'ai toujours voulu être une jeune maman tu vois. Et au fond, il n'y a pas d'âge idéal ; apparement on n'est JAMAIS vraiment prête à devenir maman à temps plein de toute façon. 

J'aimerais vraiment avoir une petite fille, un jour. Et ce que j'ai l'intention de lui enseigner a toujours été clair comme de l'eau de roche. 


Tu es intelligente avant d'être belle

Ce que j'ai toujours trouvé admirable de la façon dont mes parents m'ont élevé, c'est que j-a-m-a-i-s j'ai entendu les mots "jolie" et "belle" avant "intelligente" et "capable". C'est durant mon enfance que je me suis sentie le plus mal dans ma peau de toute ma vie ; je me trouvais bizarre, différente, j'étais grande et athlétique comparativement aux autres petites filles. Je trouvais toutes mes amies plus jolies que moi. Mais, mes parents n'ont jamais bâtis un once de ma confiance sur mon apparence physique; ça ne comptait vraiment pas. 

Je ne pense pas que j'élèverai ma fille différemment. Je pense que dans les prochaines années, on verra de plus en plus de diversité corporelle, et même si c'est positif, ça ne doit pas non plus devenir un exploit de montrer un corps différent sur un Billboard. Ça doit juste devenir la norme ; ça doit devenir normal de voir des gens de toutes les grosseurs et couleurs. Je ne voudrais jamais que ma fille pensent que le physique, peu importe la forme qu'il prend, est un gage de succès ou une façon de se faire accepter davantage. 

Je veux encourager ma future fille à se bâtir une confiance béton sur ce qu'elle a entre les deux oreilles, d'abord et avant tout. Avant d'être "belle à croquer", elle sera créative. Avant de lui dire qu'elle est une "parfaite petite princesse", je veux qu'elle sache qu'elle est intelligente et intuitive. Avant de savoir que la beauté attire le regard, je veux qu'elle apprenne à être gentille avec les autres et avec elle-même.  En fait, je ne veux pas que la beauté prennent de l'importance pour elle ; je veux qu'elle sache qu'être jolie, ça peut être n'importe quoi qui la fait elle sentir jolie. 


Apprends à dire non et à te faire dire non

C'est quelque chose qui m'a pris trop de temps à comprendre, mais surtout à appliquer dans ma vie. On n'est pas toujours obligée de dire "oui". Ni pour faire plaisir, ni pour bien paraître si en dedans ça nous fait sentir tout croche. J'ai souvent ravaler mes paroles, caché mes vraies émotions et dit "oui" quand j'aurais du dire "non". J'ai commencé à dire non plus souvent quand j'ai commencé à être ma propre patronne. "Pourquoi je ne serais pas ma propre boss dans ma vie aussi?" je me suis demandé. Au lieu de culpabiliser en disant "oui", j'ai commencé à vivre selon mes dispositions en répondant "non". 

Par la même occasion, j'ai commencé à accepter de ME faire dire "non". Tu vois, quand tu dis toujours "oui" à tout, tu glorifies le oui et redoutes le non. Bah, dans les opportunités qui se présentent à toi, tu te questionnes toujours à savoir si tu devrais t'essayer, au risque de te taper un "non" bien gras. 

Je veux que ma fille sache très tôt qu'elle a le choix de dire "non" quand l'option lui est présentée. Ça ne veut pas dire qu'elle aura le droit de dire "non" à tout ce qui lui déplaît comme faire ses devoirs ou ramasser sa chambre; juste que quand elle a recours à son jugement à elle, elle se doit de prendre la décision qui vient de son coeur. 

 


N'aie pas peur de ton corps

Le corps humain est un mystère pour notre esprit. Même si on le comprend, on ne le comprend toujours par réellement. Le corps humain est magnifique et on ne peut pas le traiter autrement que comme un temple. 
Évidemment que je vais enseigner à ma fille à prendre soin du sien, à manger bien, à manger avec conscience et intention pour nourrir toutes les petites cellules qui la feront grandir. Elle connaîtra la différence entre les aliments qui goûtent bons et les aliments qui sont bons. Elle n'apprendra rien des calories ou des diètes, par contre. Pas de moi, en tout cas. 

En fait, maman ne mentionnera JAMAIS les deux phrases suivantes :
- "Je suis une diète"
- "Je dois perdre du poids"


Les comportements qu'ont les jeunes femmes sont issus de leur milieu proche. On peut blâmer les médias d'envergure de brainwasher les fillettes avec leur pubs et leurs mannequins toujours trop minces et trop parfaites, mais ils n'auront jamais autant d'impact que les mots qui sortent de la bouche d'une maman. Parce que ces mots-là, quand tu as 7 ou 8 ans, c'est la vérité. Maman et Papa disent TOUJOURS la vérité aux yeux d'un enfant. Les choses qu'on pensent à voix haute quand on se regarde dans le miroir "Ah, j'ai vraiment de grosses fesses!" , "Je suis devenue toutoune..." elles sont enregistrées et sauvegardées dans la mémoire des petites filles pour vraiment, vraiment longtemps. 
 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi