Le secret? Faire PLEINS d'erreurs.

29 Juillet 2017 | Anne-Marie Gobeil

Chaque jour, je reçois des messages de jeunes filles et de femmes. 

"Je déteste mon corps. Je déteste ce que je vois dans le miroir."

"Je veux être en meilleure santé. Je veux être forte et endurante."

"Sauf que...j'ai tellement envie d'essayer de changer, mais j'ai peur d'échouer..."

D'abord, ça me fais sentir vraiment triste que ces magnifiques femmes-là ne voient pas toutes les possibilités qu'elles ont et sont convaincues qu'elles sont vouées à l'échec avant même de s'être mouillé la grosse orteil. 

Et si je réponds toujours la vérité, rien que la vérité à ces messages que je reçois : 
 

- Et si tu te trompes, si tu fais une erreur, si tu échoues, qu'est-ce que ça fait? 

Sérieusement, si on y pense, ça fait QUOI d'échouer? Après tout, on rate 100% des chances qu'on ne prend pas. Si le vrai risque c'était d'être trop effrayée de prendre un risque? 

Peur de ne pas perdre le poids que tu veux perdre? Peur de ne pas progresser assez vite en force? Peur de décevoir ta coach? Peur de ne pas choisir la bonne coach? Peur de ne pas assez manger? Peur de trop manger? Peur de t'entraîner en musculation? Peur de faire trop de cardio? Peur de manquer de motivation? Peur de t'emballer trop vite et d'être déçue?

STOP. STOP & STOP. 

Personnellement, je suis tellement gratifiante de TOUTES les erreurs que j'ai commise dans le passé.

Non seulement parce que ces erreurs là m'ont enseigné à mieux connaître mon corps, à mieux travailler selon comment il fonctionne, à mieux manger selon mes vrais besoins, mais aussi parce qu'elles m'ont montré de quoi j'étais faite, m'ont apprise à choisir des buts qui me correspondait vraiment, et surtout m'ont permise de devenir vraiment vraiment forte mentalement. 

Beaucoup de gens pensent que la motivation créer les résultats. C'est faux. On sait aussi que la motivation va et vient sporadiquement; un peu comme une marée haute et une marée basse; parfois on a du jus et parfois on n'en a pas. 


Il existe même une équation de la motivation qui va comme suit : 


VALEUR (accorder de l'importance à quelque chose) + ATTENTE DE RÉUSSITE (s'attendre à réussir) = MOTIVATION

On comprend donc pourquoi la pensée d'un éventuel échec TUE la motivation. Parce que la motivation c'est instable, tu ne peux juste pas t'appuyer sur elle ou l'attendre pour te lancer.

Ce n'est PAS la motivation qui décide de si tu réussis ou échoues; c'est hors de ton contrôle, même si tu es vraiment motivée. Accepter l'incertain, c'est accepter que tu ne perds rien de ta personne, que tu réussisses ou que tu échoues à la tâche. En aucun cas, si tu as CE mindset là tu vas te retrouver penaude et tristounette d'avoir échouer. 

Si tu as CE mindset là, selon lequel tu choisiras de réagir positivement à un échec, tu n'es pas en danger et tes objectifs non plus. En fait, courir après les échecs peut être une façon vraiment efficace d'atteindre tes buts. Les VRAIS buts, je veux dire. 

D'ailleurs, il y a quelques semaines de cela, l'une de mes clientes qui travaillait depuis des mois en perte de gras a eu un moment d'échec très très révélateur. Ma cliente en question voulait vraiment vraiment perdre du gras. Elle travaillait fort, mais elle travaillait aussi contre son métabolisme basal naturel et sa morphologie méso-endomorphe qui rend pour elle la prise de muscle plus facile que la perte de gras l'est. Et ce n'est PAS un désavantage; chaque personne est juste DIFFÉRENTE l'une de l'autre. Être au top de sa forme, performer, se sentir athlétique, ça ne rime pas avec abdos ciselés. Du moins, pas pour tout le monde, et il n'y a rien de plus correct que ça!

Je ne veux JAMAIS imposer mon opinion sur l'objectif d'une cliente. Je veux toujours que l'objectif vienne d'elle, pas de moi. Je pense qu'en tant qu'adulte, on doit se connaître assez pour choisir son propre objectif, l'assumer et ne pas se le faire imposer. Par contre j'observe beaucoup, je prend des notes et j'oriente. Et ce que j'ai observé, comme j'ai observé aussi chez bien d'autres femmes, c'est que ma cliente en question avait choisi un objectif qui n'était pas le sien. Par envie, par frustration, par pression sociale? Qui sait? Ça importe peu. Ce qui importe, c'est que ça nous a emmener à foncer tout droit à une situation d'erreur. Et ça été la MEILLEURE chose qu'il puisse lui être arrivé.

Après plusieurs mois à se battre contre son corps et trouver l'ensemble du processus ardu et même un peu misérable parfois, ma magnifique cliente a eu un mois affreux. Incapable de trouver la motivation de s'entrainer, pas envie de manger santé, fatiguée, stressée et surtout découragée, elle s'est retrouvée devant une erreur qui allait être payante : 

Ce n'était PAS un échec de ne pas réussir à perdre autant de gras qu'on le voulait ou aussi rapidement qu'il le faudrait selon nous parce qu'on n'a pas le contrôle la-dessus. Ce qui était un échec c'est de mal choisir son objectif. Ce qu'elle pensait qu'elle avait besoin, c'était d'être découpée. Ce qu'elle savait au fond d'elle (et ce que je savais AUSSI) c'est qu'elle voulait être FORTE, lever de lourdes charges, s'entraîner dur, manger plus et mettre plus d'emphase sur ses performances plutôt que JUSTE sur son apparence. Et parfois, il faut se casser la figure pour pouvoir VOIR ces choses-là qui sont enfouies au fond de nous et changer de cap.

MAIS...Si elle n'avait pas choisi le mauvais objectif, elle n' aurait jamais eu un mois atroce où elle aurait réalisé que quelque chose clochait avec son objectif. Qui sait? Elle n'aurait peut-être jamais compris ce qu'il lui fallait pour VRAIMENT changer sa vie.

Que fait-elle maintenant? Elle fait exactement ce qu'elle AIME faire et devine quoi? Elle n'a plus aucun problème de motivation, elle n'a pas de difficulté à bien s'alimenter et est pleine de vitalité. Ce n'est pas magique; elle a juste GRANDIE au travers de son erreur, qui en soit, était une vraie bénédiction.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».