"Je n'y arrive pas" - Comment être une SuperWoman contemporaine

13 Septembre 2017 | Anne-Marie Gobeil

En 2017, plus que jamais, on aime s'assumer en tant que femmes fortes, brillantes et indépendantes. On est féministe, du moins, on l'est chacune à notre façon - on s'entend que malheureusement, le terme "féminisme" a su être déformé au fils des ans par des extrémistes qui se laisse pousser les poils des aisselles et qui souhaite éliminer les hommes de la surface de la planète, qu'il faut savoir s'écrire sa propre définition. Pour la première fois dans l'histoire, le femme que tu es a le pouvoir d'être celle qui se sauve elle-même, d'être sa propre héroïne. Out, le rôle de l'acolyte qu'on ne prend pas réellement au sérieux. In, le rôle principal de SuperWoman dans toutes les sphères de notre vie, si on le désire. 

"- Who Run The World ?  
- GIRLS! " 

Je pense qu'on aime être en charge, nous les femmes. Qu'on aime imaginer, créer, bâtir. Après tout, on a la capacité de créer et protéger la vie humaine, ici à l'intérieur de soi, alors ce n'est pas bâtir une entreprise, ou bien conquérir le monde du sport ou encore se lancer à la poursuite d'hautes études qui nous ferait sourciller. Du moins, pas si tu sens couler dans tes veines un réel désir de te transformer en SuperWoman des temps modernes ; un privilège qui n'a pas été offert sur un plateau d'argent aussi facilement à ton arrière grand-mère. 

J'ai tellement d'idoles féminines dans différents milieux et pour différentes raisons ; de Ashley Graham pour sa confiance irradiante, en passant par Katrin Davidsdottir, ancienne championne de Crossfit qui possède une force mentale et une discipline indiscutable jusqu'à Sophia Amoruso pour sa résilience de femme d'affaires, elles ont toutes un dénominateur commun : elles vivent selon leurs règles, pas celles des autres. Elles créent le monde dans lequel elles veulent vivre et ne se crée pas une identité artificielle pour simplement exister dans le monde qui les entoure.

Les SuperWomens sont des femmes qui sont prêtes à travailler fort; elles comprennent que leur bonheur et leur sentiment d'accomplissement ne dépend pas de leur entourage, mais tout simplement d'elles-mêmes. Ce ne sont pas des victimes; elles ne se plaignent pas. Plutôt elles prennent action. Elles s'engagent à se rendre heureuses. Quand tu es fidèle à la toi que tu es vraiment, que tu te donne comme mission d'accomplir tes ambitions les plus folles, que tu vis dans TA vérité, c'est impossible de ne pas être heureuse - fait vécu. 

Et moi là dedans ? 

J'imagine que ce que j'essaie de te dire aujourd'hui, c'est que même si on n'a pas l'impression d'être (du moins, pas encore) une SuperWoman parce que tu te trouve trop ordinaire, pas assez décorée de médailles, pas assez brillante ou attrayante, tu te trompes. Tu as cette force qui sommeille en toi. Tu as cette vérité, cette vraie version de toi qui ne demande qu'à sortir. À exploser et à briller. 

Plusieurs personne confonde femme-à-tout-faire et SuperWoman. Une femme qui en prend trop sur ses épaules et surtout qui porte le poids du monde entier dont elle n'a ni besoin ni envie de porter est une femme occupée et débordée. Elle n'a pas le temps de penser à ce qu'elle est vraiment, au fond d'elle, et elle n'a plus de place sur ses épaules pour transporter ce qui lui tient vraiment à coeur, à elle. 


Une SuperWoman est une femme qui comprend qu'elle est seule (après tout, elle a emprunté l'un des chemins les moins fréquentés) et qui s'en ravit. On est constamment omnibulée par l'opinion de son patron, de son chum, de ses collègues, des voisins, et, ah oui, aussi de la planète entière qui lit nos moindres faits et gestes sur le web. La vérité c'est que les gens, eux, s'en fichent pas mal au fond. Les gens sont trop occupés à penser à eux, à leur vie, à leur problèmes pour penser à nous. Ça peut sembler incroyablement cruel dit ainsi, mais quand on se met à y réfléchir, c'est plutôt rassurant : Personne ne se soucit vraiment de ce que tu fais ou pense ou dit. Arrête de vouloir faire plaisir aux autres, parce qu'à chaque fois tu repousses ta vraie toi un peu plus loin et si ça continue, tu deviendra étrangère à tes propres pensées.

Une SuperWoman peut ou ne pas être une femme occupée par ses propres projets, mais ce n'est pas une femme débordée par les projets des autres qui doit constamment arrêter sur le bord de son chemin pour reprendre son souffle. 

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».