3 choses que j'ai apprises sur mon corps depuis que je suis enceinte

04 Novembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

IMG_3674

Il y a de nombreuses façons de se préparer à une grossesse…du moins, sur papier! Mais,  depuis le début de ma grossesse je réalise qu’il y a des choses auxquelles on ne peut juste pas s’attendre. Voici 3 choses que j’ai apprise sur la grossesse jusqu’à présent :

Les changements physiques…ne sont pas si effrayants que tu le crois!

Premièrement, je M’INCLINE devant le corps de la femme et d’à quel point il est I-N-C-R-O-Y-A-B-L-E. Girls, si vous n’étiez pas déjà au courant, je vous le certifie : nous sommes des DÉESSES. Peu importe la façon dont tu as conçu, tu l’es! Je veux dire, ça relève carrément de la fiction de pouvoir rester là, les bras croisés, pendant que ton corps bâtit un petit être humain sans que tu n’aies à lever le petit doigt. Là, tu vas me répondre que non, ça relève plutôt purement de la nature, mais moi je te le dis : quand tu le vis, tu prend vraiment conscience d’à quel point ton corps est magnifique et qu’il ne mérite RIEN DE MOINS qu’une surdose d’amour, de mots gentils et d’accolades de ta part.

Je suis vraiment fière de mon corps, sérieusement. Je crois vraiment qu’après avoir eu ce bébé, je ne regarderai plus JAMAIS mon corps de la même façon ; ce corps qui est toujours fidèle au poste pour moi, et maintenant pour mon futur enfant, il ne mérite pas de se faire critiquer sévérement devant le miroir ou bien qu’on lui lance des insultes parce qu’il est « trop ci » ou « pas assez ça », et ce pas même pour une fraction de secondes.

Je sais que la plupart des femmes ressentent de l’insécurité ou bien de l’amertume face à leur corps qui change durant la grossesse.

Certaines craignent davantage le « après » et se demandent si elles reprendront un jour le contrôle de leur corps. Personnellement, je ne me suis pas perdue dans les pensées sombres. À la vue de ces deux lignes roses sur le premier test de grossesse que j’ai fait, j’étais prête : prête à faire face à l’inconnu, aux changements et j’ai laissé mon attachement à mon « ancien corps » partir en fumée. 9 mois, ce n’est pas toute la vie. 40 semaines, c’est temporaire, très temporaire. Ton corps ne sera pas « ruiné », ou « détruit », juste changé.

Je crois toutefois que ces peurs sont normales, mais aussi que tu es capable de les surmonter. Ton corps va continuer de changer. Parfois si vite que tu vas te lever un beau matin, t’observer toute nue et avoir l’impression de fixer une étrangère. N’essaie pas de contrôler ces changements-là, parce qu’il vont arriver malgré toi. Et si on s’attachait moins à l’ancienne « nous » et qu’on disait bring it on!  à la nouvelle version AMÉLIORÉE de soi-même?

J’anticipe avec excitation la version 2.0 de mon corps sur lequel j’aurai TOUTE LA VIE pour y travailler POST-grossesse. Être en forme n’a PAS un date d’expiration ; je vais être cette vieille femme de 82 ans qui réussi encore à faire un Push Up et qui traîne ses propres sacs d’épicerie ! La vie ne s’arrête pas après les vergetures et la peau étirée ; je n’ai pas peur de ça. Surtout, être en forme, ce n’est PAS ce à quoi ressemble ton corps. C’est beaucoup plus ce que tu réussis à faire avec celui-ci.

Imagine la nouvelle force intérieure qui va t’habituer et te propulser à ce moment-là, après avoir donné la vie? Essaie de visualiser un instant à quel point tu seras motivée que tes enfants sachent que pour maman, c’est important d’être en santé, d’être en forme et que les femmes ne sont pas JUSTE belles à regarder, elles sont aussi fortes, réislientes et capables. Tu veux le mieux pour tes cocos? Commence par leur montrer que maman traite son corps avec respect, à l’intérieur comme à l’extérieur.

 

Chaque jour est un réel apprentissage

Être enceinte, ça ne vient pas avec un mode d’emploi. Je veux dire, dans mon cas, c’est la TOUTE PREMIÈRE FOIS que je fais ça. Je ne sais pas COMMENT faire ni à quoi m’attendre précisément. J’ai beau lire un tas de livres sur le sujets, consulter les blogues sur la grossesse ou bien C’est un éternel apprentissage et chaque jour est potentiellement complètement différent de la veille. Honnêtement, je savais que cette aventure serait unique et apporterait aussi son lot d’humilité, mais ce dont je ne me doutais pas, c’est d’à quel point on change durant la grossesse, mais surtout à quel point ma capacité d’adaptation allait être mise au défi.

Le plus challengeant, pour moi, est vraiment d’adapter mes entraînements : je suis accoutumée à performer, à pousser, à tout donner. Je suis habituée à me sentir athlète, quoi!  Et j’ai tellement travaillé DUR pour apprendre de nouvelles techniques, augmenter mon endurance cardiovasculaire (cette année, j’ai couru mon tout premier 5 km consécutif sans arrêter, chose qui m’a rendu pas peu fière de moi!), réussir de nouveaux mouvements (aka, apprendre à marcher sur les mains, WHAT!), devenir aussi forte que je le pouvais que ça été difficle de de ralentir la candence au début de ma grossesse. Ça a fait un gros bleu sur mon égo de me restreindre, de lever moins lourd, de prendre davantage de temps de pause, de ne plus faire autant d’acrobaties au début. Au fait, ça été mille fois plus difficile d’accepter ces ajsutements-là que d’accepter de voir mon corps changer physiquement !

J’ai compris dès le départ que ces 9 mois testeraient ma capacité à m’adapter. Je me fais beaucoup questionner sur comment faire pour rester motivée à s’entraîner quand on est enceinte, et je crois que la réponse à cette question est de tout simplement oublier nos standards de performance et d’être fière de soi juste pour le fait de bouger. Il y a des femmes, qui, par leur antécédents athlétiques vont continuer de lever des poids lourds de façon intensive et s’entraîner 5 fois par semaine sans problème. Pour d’autres, il s’agira peut-être de faire 15 minutes de yoga par jour. Peut-être que tout ce qui va te sembler confortable ce sont de longues marches! Toutes les femmes et toutes les grossesses sont différentes, et adapter ton entraînement selon ton propre corps va être un défi quotidien. Attention, j’ai dis « défi » ; ce n’est pas impossible de vivre une grossesse active et en forme, suffit de rester vraiment ouverte d’esprit, de ne pas se décourager et de ne pas s’asseoir sur ses lauriers.

Personellement, c’est d’abord mon endurance cardiovasculairequi en a pris un coup ; je suis souvent la dernière du groupe à terminer un 500 mètres au rameur quand je vais à mes cours de CrossFit. Je ne dis pas que ça ne me fais pas un petit pincement ou bien que ça ne me froisse pas l’égo, mais pour l’instant, c’est comme ça. Juste ce weekend, j’ai réalisé que je ne pouvait plus marcher aussi rapidement qu’avant ! Et crois-moi, je suis LA fille qui à une emjambée rapide dans une foule. Tu aurais du me voir essayer de garder le suivre de croisière de mon chum  et de ses longues jambes en plein Ikea…l’enfer! Je me suis dis « Wow, je ne peux physiquement plus marcher vite maintenant! C’est confirmé : je suis véritablement un peu plus enceinte que je l’étais la semaine dernière. »

Évidemment, ma force est aussi affectée. Il faut dire que quand tu es enceinte, ton corps relâche 40 fois plus de progestérone et d’estogène qu’à la normale, des hormones féminines qui jouent au désavantage des performances sportives et du gain musculaire. Aussi, juste parce que mes abdominaux sont poussés vers l’extérieur par mon ventre qui ne cesse d’augmenter en circonférence un peu plus chaque jour, je ne peux pas recruter ma sangle abdominale de la même façon maintenant. Les exercices comme les Deadlifts et les Squats sont inévitablement affectés.

Ça, c’est sans parler de l’espace que mon ventre occupe maintenant ; souvent, je me surprends à exécuter un exercice simple auquel je n’aurais jamais eu à penser deux fois comme un Lunge ou bien un Kettlebell Swing et je réalise que oups! je ne peux pas me mouvoir dans une pleine amplitude (et encore moins avec grâce). Ces temps-ci, je me retrouve à tester : j’ajuste le positionnement de mes pieds, de descends un peu moins bas, je serre les fessiers davantage que d’habitude. « Oh ok, ça marche! », « Oups, non, je dois élargir mes pieds. Oh, oh, stop, stop, ça ne descend pas aussi bas que d’habitude! »

Ah, les changements ! À ce stade-ci, il se produisent chaque semaine et je n’ai pas d’autre choix que de m’y adapter, point. Rester active est trop important pour mon moral, mon énergie et mon mental pour que j’y renonce ; je n’ai pas l’intention d’abandonner à la vue d’un obstacle ou d’une limitation! Je le répète : je suis enceinte, pas malade.

 

Ne crois pas tout ce qu’on te dit sur la grossesse.

Depuis que je suis enceinte, j’ai réalisé qu’il y a des gens qui vont chercher à : A) nous faire peur ou B) nous faire nous apitoyer sur notre sort. Je l’ai déjà dis maintes et maintes fois sur mon compte Instagram (non pas sans soulever de débats et me faire lancer quelques pierres) que la grossesse, ça n'est pas une maladie. Être enceinte, ça n’est pas un handicap. Certes, il existe des cas de complications médicales sérieuses et la grossesse peut donner lieu à des situations vraiment cauchemardesques, mais la vérité, c’est que la plupart des femmes vivront une expérience positive. Malgré son lot d’inconfort, la plupart des femmes réussiront à poursuivre leurs activités quotidiennes et à se sentir « elles-mêmes ».

Quelques unes d’entre vous m’ont d’ailleurs écrit personnellement pour m’exprimer à quel point ça vous rassurait de me voir parler positivement de ma grossesse. Je pense qu’on a toutes besoin de réaliser davantage que nos corps et nos esprits sont assez forts pour traverser cette belle aventure putôt que de se laisser convaincre que lorsqu’on tombe enceinte, on perd automatiquement le contrôle de son corps et qu’on doit juste en « subir »  les turbulences.  Je pense qu’avec la grossesse, il faut éléver notre propre confiance en nous, collectivement, se montrer le vrai, le laid, oui, mais surtout souligner les moments forts et ceux où on se sent fière de soi !


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article IMG_2361

    Est-ce que je suis un plan alimentaire depuis que je suis enceinte?

    2018-09-14 14:20:34 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article jonas-kakaroto-458503-unsplash

    Combien de calories de plus devrais-tu consommer à chaque trimestre de ta grossesse?

    2018-09-21 17:16:05 | Marie Lou Vachon