Pourquoi les hommes restent plus longtemps motivés que les femmes

06 Novembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

VENDREDI-278

Les femmes ont toujours eu plus de difficulté à maintenir leur niveau de motivation à s’entraîner que les hommes. Parce que le niveau de motivation d’une femme à bouger est malheureusement souvent influencé par la façon dont elle perçoit son apparence physique. Et ça, c’est une réelle hémorragie pour nous. Chacune d’entre nous.

Regarde autour de toi : la proportion des hommes qui fréquentent les gyms est nettement supérieure à la proportion de femmes qui osent y mettre les pieds. Les hommes ne vont pas au gym pour changer leur corps, pour espérer continuer de plaire assez à leur partenaire ou pour espérer ne plus pleurer devant leur cellulite, leurs poignées d’amour, ou leur absence de thigh gap en se regardant dans le miroir.

Ce n’est pas de ta faute si la société est brisée, mais un jour, il va falloir se résigner à briser le cycle. À faire annuler nos abonnements aux thés amaigrissants, à cesser de consommer des clichés de corps « parfaits »  sur les médias sociaux (juste pour essayer de se convaincre qu’on n’est pas à la hauteur) et à arrêter de flancher pour les même attrapes publicitaires qui nous font gaspiller nos sous, notre temps et tranquillement, notre santé mentale.

Je sais, je sais, on pense TOUTES qu'on seraient plus heureuses si on perdait 5 lbs, si on avait les fesses plus rebondies ou bien si notre peau était plus ferme.

Il va falloir que tu réalises que tout ça, fille, c'est une illusion de motivation. En vérité, ces choses-là ne peuvent pas t'apporter ce dont tu as besoin. Ce dont tu as cruellement besoin, au fait, c’est de puiser au fond de toi pour trouver une bonne raison de bouger et d’arrêter d’écouter ce que le restant de la planète voudrait que tu fasses de ton corps. Trouve ton « WHY », aka le sens sous sa forme la plus pure et simple de pourquoi être active est important à tes yeux. C’est facile de se dire qu’on le fait pour perdre 5 cm de tour de taille ou deux grandeurs de vêtements, ça passe bien, c’est accepté, même valorisé. Mais je te garantis que si tu cherches en profondeur en toi, ce n’est pas ce qui t’allume vraiment.

Enfant, on avait pourtant l’habitude d’être fougueuses, intrépides et fonceuses. Je me souviens que je voulais courir aussi vite que les garçons, frapper le balon aussi fort et pédaler à vélo aussi rigoureusement qu’eux. Je ne voyais pas la différence ; mon corps n’était rien de plus que mon corps. Alors qu’est-ce qui a changé chez nous pour qu’on en arrive à faire passer notre désir d’être attirante en tout temps avant celui de simplement accomplir des choses incroyables.

Pourquoi est-ce qu'on préfère se faire croire que si on ne souffre pas, physiquement ou émotionnellement, dans notre processus de mise en forme, on n'est pas sur la bonne voie? Je sais ce que tu vis, j'ai moi-même entretenu une relation tourmentée avec la nourriture, une addiction au sur-entraînement et un subit mon lot de dysmorphie corporelle. Pourquoi est-ce que j'avais ce besoin criant de me garrocher dans l'extrême de l'extrême et d'imposer autant de tort à mon propre corps ? Est-ce que je croyais qu'en faisant ainsi, je finirais pas le sclupter à l'image très pointilleuse de mon idéal de beauté à l'époque ? Qu'en utilisant la force plutôt que le respect, j'attendrais mon "objectif" plus rapidement ? Qui sait !

Ce que je sais, par contre, c'est que peu importe à quel point je changeais ou amigrissais mon corps, je n'étais ni plus heureuse, ni plus accomplir, ni plus motivée à continuer. Les hommes ont tendance à rester plus facilement motivés que les femmes vis-à-vis leur entraînement parce qu’ils ne se sont pas amourachés de l’idée selon laquelle changer leur corps allait instantanément changer leur vie pour le mieux. Et si on changeait notre façon de voir les choses ? Si on était celles qui décidaient qu'assez c'est assez ? Si tu prenais un moment, là et maintenant, pour réfléchir à la vraie raison pour laquelle tu es motivée ou pas du tout motivée à être active présentemment. Quelle est-elle?


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article mr-lee-618503-unsplash

    Te sortir d'une mauvais passe et retrouver ta motivation : Comment faire?

    2018-04-14 00:00:00 | Juliane Marino

  • Lire l'article IMG_32121

    Ces deux meilleures amies vont te donner envie de lâcher ce que tu fais et d'aller t'entraîner immédiatement! #motivation

    2018-09-14 12:28:24 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article 082

    #EtreFemme : Adapter ton entraînement et ta nutrition selon les phases de ton cycle menstruel pour optimiser ta motivation et tes résultats

    2018-10-21 15:45:10 | Anne-Marie Gobeil