Je célèbre deux ans sans diète : comment le mot équilibre a changé ma vie physiquement, mentalement et émotionnellement

09 Décembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

rawpixel-797129-unsplash

Décembre est toujours l’occasion pour moi de faire une mise au point. Que je le fasse consciemment ou pas, je me retrouve toujours à me rembobiner et remémorer et les événements des derniers 11 mois (qui semblent toujours avoir passés trop vite d’ailleurs) alors que les sapins de Noël commencent à être décorés et que l’année s’éffrite.

J’ai retrouvé un assez vieux blogue que j’ai écrit en octobre 2016, un peu après que j’aie décidé de mettre Barbelle en ligne. J’y parlais de ma relation un peu tourmentée avec mon corps, avec ma nutrition et de ma quête de l’équilibre, un mot que je venais tout juste de laisser entrer dans ma vie à l’époque. Si tu connais un peu mon historique avec les compétitions Fitness, les diètes strictes, faire le yoyo avec son poids ou mon ancienne obssession à devenir plus « délicate », tu sais aussi que trouver mon équilibre a été l’une des choses les plus difficile, mais gratifiantes, que j’ai fait de toute ma vie.

Je sais que deux ans, ce n’est pas grand chose, mais quand je compare ma vie MAINTENANT à celle que je menais dans le temps, c’est exactement comme si j’avais vécu sur deux planètes différentes.

En matière d’équilibre, je peux affirmer avec confiance que j’ai réussi à faire ÇA. Que j’ai arrêté de manger des quantités astronomiques de nourriture en cachette. Que j’ai lâché les diètes restrictives qui ont semé la pagaille dans mon système hormonal. Que j’ai coupé les ponts avec la balance et que j’en ai plus que fini de définir ma valeur en tant qu’être humain en utilisant mon poids. Que le mot « équilibre », je l’ai dans le sang maintenant. Je peux aussi te raconter à quel point je suis FIÈRE de moi pour ça.

Je sais que beaucoup de femmes se battent pour leur équilibre à elles actuellement, et si tu es l’une d’entre elles, je veux vraiment que tu saches que it gets better.

Tout le weekend, j’ai réfléchis à comment ma vie aurait été différente si je n’avais pas fait le saut. Si je n’avais pas décidé de rompre avec avec mes propres démons. Si j’avais continuer de m’acharner à faire la vie dure à mon corps plutôt que de lui pardonner d’être ce qu’il est et d’apprendre (non pas sans frustrations ou doutes) à travailler avec lui.

 

Corps

Physiquement parlant, je n’ai pas de mots pour décrire à quel point je remercie la moi d’hier d’avoir pris le mot « équilibre » au sérieux. D’avoir mis un terme aux régimes extrêmes, au sur-entraînement, à s’être laissée le temps de guérir. Sans elle, sans ses actions, je ne sais pas si mon corps d’aujourd’hui serait apte à porter notre bébé comme il a su le faire si naturellement et aisément depuis plus de 6 mois.

Hormonalement parlant, il y a quelques années, j’étais amochée. Après avoir perdu mes règles durant quelques cycles (le terme médical est aménorrhée) dû au stress chronique que mon corps vivait, encaissant les restrictions caloriques et les heures de cardiovasculaire, et suite aux problèmes avec mes hormones thyroïdiennes, j’étais inquiète. Réellement inquiète.

Je me dis maintenant que si je n’avais pas tiré sur la switch, que si je n’avais pas agit, que si j’avais continuer à me battre contre mon corps plutôt que de me battre pour mon équilibre, peut-être qu’aujourd’hui ce que j’ai la chance de vivre et de voir grandir en moi n’aurait pas été accessible. Et cette simple pensée me donne la plus horrible des chair de poule. Ce que j’aurai bientôt de plus précieux, mon fils, est un cadeau que je ne prendrai jamais pour acquis exactement pour cette raison.

Tu sais, on ne pense pas toujours à long terme quand on prend des décisions au quotidien. Mais la réalité, c'est que tout ce que tu fais aujourd'hui aura un impact ricochet sur ta vie de demain, et de celle que tu mèneras dans 2, 5 ou 10 ans. Tu ne peux pas mener ta vie en ignorant ce qui est important pour toi, quelles sont tes valeurs et surtout en mettant en sourdine ton bien-être et ta santé physique comme mentale. Pense aux choses pour lesquelles tu aimerais remercier la toi d'aujourd'hui dans une décennie.

 

Esprit

J’étais vraiment HORRIBLE envers moi-même et je le réalise maintenant. Les mots que j’employais quand je me regardais dans un miroir étaient négatifs plus souvent qu’autrement et je ne pense pas que j’aurais pu dire que je m’aimais inconditonnellement à ce moment-là. Et ça se réflètait partout dans ma vie.

Je dis toujours à nos clientes que la façon dont elles s’adressent à elles-mêmes est importante à un niveau qu’elles ne peuvent même pas l’imaginer : ton corps entend absolument tout ce que ta tête dit et les mots que tu choisis pour te décrire deviennent ta réalité. Que ce soit inconscient ou pas, ces mots-là que tu emploies pour parler de ton corps, de ta personne, de ta vie sont ceux qui vont forger chaque petit geste que tu poses au quotidien. Au lieu des mots "grasse", "moche", "paresseuse", "bonne à rien", "échec" je veux que tu fasses raisonner "fonceuse", "forte", "fière" et "confiante" dans ta tête. S’il est vrai que des paroles gentilles font pousser les plantes plus vite, imagine ce qu’elles peuvent faire pour un être humain!

 

Âme

Je réalise aujourd’hui que lorsque tu ne te remplis pas émotionnellement avec des pensées liées à la nourriture ou à ton poids, tu as tellement plus de place pour meubler ta vie avec des relations de qualité, que tu as plus de temps pour les gens que tu aimes, mais surtout que ton bonheur ou ton malheur ne dépend plus du nombre de calories que tu as mangé ou brûlé durant ta journée.

Avant de décider de conquérir mon équilibre de vie plutôt que de continuer de pourchasser LE corps parfait (qui existe autant que les licornes magiques et la fée des dents, en passant) je me sentais toujours « trop occupée » pour maintenir une relation significative, que ce soit avec ma famille ou bien d’un point de vue amical ou amoureux. « Être occupée » à l’époque était l’excuse parfaite que je me donnais, mais la réalité, c’est que je n’avais pas mes priorités au bon endroit. Faire une certaine taille ou atteindre un tel pourcentage de gras, ce ne devrait pas être la chose en haut de ta To-Do List.

Ironiquement, mon horaire n’a jamais été aussi chargé qu’il l’est présentemment, et pourtant, aujourd’hui, je réussis TOUJOURS à trouver du temps pour un café avec une amie, un souper de famille chez mes parents ou une date avec mon amoureux. C’est une question de choix et tu es celle qui choisis.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi