Ce que j'ai appris en faisant plus d'haltérophilie

10 Mai 2018 | Anne-Marie Gobeil

L'haltérophilie, ça m'a toujours beaucoup intimidée. Aussi, on m'a dit plein de fois que j'étais bien trop grande et que mes jambes et mes bras étaient bien trop longs pour que l'haltérophilie soit ma tasse de thé, alors j'imagine qu'on a un peu tuer dans l'oeuf mon envie d'essayer.

Je m'entraîne depuis 6 ans, mais une majeure partie de ce temps passé à transpirer a été consacrée à soulever des poids de façon assez contrôlée. Armée de mes tempos, j'étais le reine de la phase eccentrique. Parce que si tu veux prendre du muscle, c'est ça que tu fais. Alors quand j'ai commencé à faire du CrossFit, mon monde au complet a été chamboulé. Mon corps a du RÉ-apprendre à bouger, et c'était assez freaky

Soudainement, je devais exiger de mon corps, habitué à exécuter chaque mouvement à l'aide d'un seul groupe musculaire, de travailler en synergie, en utilisant tous mes muscles à la fois. Plutôt que d'être en contrôle, je devais être dynamique, dynamique et rapide. C'est drôle à dire comme ça, mais quand j'ai commencé à faire de l'haltérophilie, il y a un an, c'est comme si mon corps et mon cerveau parlaient deux langages différents.
Au moment de faire un Sntahc, ma tête disait : "tire-serre les fesses-extension des hanches-saute" et mon corps faisait : "meh-blah-bloup-bloup, oups c'était pas ça". En gros, j'avais l'impression que j'étais lente sur la détente et que j'étais aussi explosive qu'un béluga. 

Malgré mes débuts houleux avec l'haltérophilie, j'ai appris plusieurs choses qui m'ont vraiment aidé à changer ma perception de l'entraînement : 

Ton corps peut s'adapter à tout

Je te dirais que ça prit exactement TROIS MOIS avant que mon corps commence à comprendre comment utiliser plusieurs groupes musculaires en simultané durant un exercice. À l'époque, je me rappelle avoir été TELLEMENT frustrée de ne pas être PHYSIQUEMENT capable de faire en sorte que les fils se touchent.

Mais, avec le recul, c'est très peu de temps pour apprendre un tout nouveau "langage" neurologique ; le corps est un véritable bijou d'adaptation! 
Ton corps peut s'adapter à tout, à condition d'avoir deux ingrédients importants : de la PATIENCE et des EFFORTS CONSTANTS. L'haltérophilie m'a fait prendre encore plus confiance en mon corps et ses incroyables capacités. 

Avoir la patience d'apprendre de nouvelles techniques, c'est vital

Qu'on parle d'haltérophilie ou d'absolument n'importe quoi d'autre, je pense que c'est important de reconnecter avec le plaisir et le besoin de constamment apprendre quelque chose de nouveau. C'est facile de devenir confortable, dans son entraînement comme dans les autres sphères de sa vie, en se disant que ce qu'on fait est "suffisant". Cependant, c'est quand on ouvre nos portes à l'apprentissage, surtout en tant qu'adultes, qu'on grandit réellement. 


En haltérophilie, le facteur numéro un de la réussite, c'est la technique. Sans elle, tu risques de manquer tes lifts, stagner à un certain poids ou pire, te blesser. Assimiler ces techniques très précises là, c'est un travail de moine, mais ça en vaut la peine quand on commence à être témoin de nos progrès à la barre!

Tu es plus forte que tu le crois

S'il y a quelque chose qui va te prouver que tu es FORTE, c'est l'haltérophilie. C'est assez impressionnant de pouvoir propulser au dessus de sa tête des charges qui sont presque ou plus lourdes que soi-même ! Vraiment, il y a quelque chose de très inspirant et motivant avec le fait de voir son corps franchir de nouveaux records et devenir sa propre super-héroïne le temps d'un entraînement. 

Tu vas apprendre à te relever de plusieurs échecs

L'haltérophilie n'est pas le genre de chose que tu fais pour gonfler ton égo. Plus souvent qu'autrement, à cause d'une erreur technique, un manque de timing, un faux départ, tu ÉCHOUES plusieurs lifts avant d'en réussir un. Ça fait partie du processus, et tu dois l'embrasser si tu veux évoluer. 

Mentalement, c'est très difficile ; tu dois apprendre à calmer ton esprit pour rester concentrée et ne pas manquer ton coup, mais aussi à rester indulgente envers toi-même et à être très en fusion avec ton corps pour noter toute anomalie ou erreur que tu pourrais corriger. D'un autre côté, tu ne peux pas baser ta confiance sur les charges que tu soulèves. Parce que tes performances en haltérophilie sont TELLEMENT sensibles à ton niveau de fatigue (physique et émotionnelle), ton niveau d'alerte et d'autres facteurs externes, il se peut que tu performes incroyablement bien mardi et que tu rates tous tes essais le vendredi. N'attache pas trop d'importance aux Prs et davantage à ta constance. 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi