Persévérance, mode d'emploi ou comment je suis passée de 220 lbs à être plus en forme que jamais #MoisDiversitéBarbelle

28 Mai 2018 | Anne-Marie Gobeil

J’ai longtemps cru que l’entrainement ce n’était pas pour moi !

Pourtant, j’ai bien essayé ! J’ai pris un abonnement dans un des gyms super à la mode dans ma ville ! À l’époque, je pesais plus de 220 livres ! Tsé, ce regard que les gens vous jettent et qui vous fait sentir que clairement, ce n’est pas notre place...

J’avais donc payé mon abonnement d’un an dans le vide, puisque J’avais abandonné le projet de me mettre en forme, à cause du regard des autres ! J’avais à peine persévéré, me donnant tout plein de défaites. J’ai enchaîné les régimes, un après les autres. Comme ceux où tu manges des barres protéinées au lieu de légumes et d’un bon steak. Mais tu vois, au premier coup, ça marché ce régime choc là : j’avais perdu plus de 60 livres. À mes yeux, J’avais trouvé la solution miracle pour me mettre en forme ! Eille ! J’étais-tu bien dans ma peau avec ce gras en moins !

Puis, je me suis réveillée plus de 8 années plus tard en ayant repris le double du poids que j'avais perdu. Aïe, le coup de masse. À l'époque, j’avais vécu mon lot de situations difficiles et je m'étais mise à manger. C'est exact, je mangeais mes émotions à gros coups de sacs de M&M aux arachides, entre autres. Je n’étais tout simplement plus capable de m’arrêter.

Un beau jour, il y a à peine un an et demi, on m’a initié à des cours de groupes du style X-Fit. C’est hyper cardio et ça demande peu d’équipement. C’est seulement ton corps que tu utilise pour bouger au cours de la séance. Vu que le mien était en état d’obésité morbide, laissez-moi vous dire que j’ai rushé. Je n’étais pas capable de faire le trois quart des mouvements que l’entraineur demandait de faire, mais au lieu de me laisser sécher dans mon coin, il m’a montré différentes alternatives qui respectaient mes limitations et qui travaillaient les mêmes muscles que les autres. 

Pour vous dire : je n’étais pas capable de faire des push-ups au sol, je devais les faire au mur, car sinon j’avais de la misère à me relever ! Idem pour les burpees… Les quoi ? Vous ne voulez pas savoir ce que c’est ! ;) 

Huit mois après avoir commencé ces cours et à avoir encore de la difficulté à faire mes push-ups, j’ai eu une lubie ! Le groupe avec lequel je m’entrainais depuis maintenant huit mois, allait participer à la X-Man Race de ma ville. Sans trop réfléchir, j’ai demandé à notre entraineur si, en trois mois, il pourrait m’aider à travailler fort pour être en mesure de faire la course à obstacles à laquelle tout le monde allait participer. 

Il a accepté !

J'ai donc commencé des cours privés à raison de deux fois semaine, à raison de trente minutes la séance, en plus de mes deux cours de groupe. En gros, j’étais toujours au gym ! Je m’y sentais bien, malgré que mon entraineur me faisait souffrir (ce qui semblait être) le martyre en vue de ma préparation sportive. Je voyais des étoiles et j’en avais mal au cœur parfois. Il me disait toujours : « C’est normal, respire ! » (ce que j’oublie encore de faire d'ailleurs…) Cet entraineur, c’était l’un de ceux qui connaissent nos limites plus que nous-mêmes. Il m’a amené à me dépasser. 

D’ailleurs, c’est lors de l’une de nos séances que j’ai connu ce que c'était réellement le surpassement de soi. Cette sensation que je recherche à recréer de jour en jour depuis ; c’est tellement grisant! En plus du dépassement de soi, il m’a amené à avoir confiance en moi. Il m’a fait remarquer à plusieurs reprises que je disais souvent que je n’étais pas capable de faire-ci ou de faire cela. Chaque fois, il me démontrait le contraire : que je POUVAIS réussir. Un jour, il m’a dit quelque chose de vraiment marquant : "Ce n’est pas parce que tu es en surpoids que tu n’es pas capable d’atteindre tes objectifs."

Il avait tellement raison !

Depuis, j’ai fait la X-Man Race, j’ai fait la Mud Girl de Québec et j’ai commencé des cours de Crossfit. C'est d'ailleurs devenu une passion. Le CrossFit c'est un sport intense qui procure un bien fou ! C’est le dépassement que je recherchais ! Grâce à ça, je n’ai pas perdu de poids, malgré mon alimentation saine, mais j’ai gagné en masse musculaire et surtout je suis bourrée de confiance en moi. OK, il y a encore un peu de chemin à faire, mais je vais y arriver. La preuve, j’ai fait un 5km de course à la mi-mai ! Qui aurait dit ça il y a un an ?

La morale de cette histoire, mon histoire, c'est que j’ai découvert qu’il fallait persévérer. Qu'il est important de trouver un sport, un gym, alouette, ne serait-ce que la marche, où l’on se sent bien. Il ne faut surtout pas abandonner parce que nous nous trouvons pas bonnes ! C’est faux ! Le chemin peut-être plus long, mais ô, qu’il en vaut la peine. Arrêtons de nous comparer.

Quand vous vient l’envie d’abandonner, pensez au petit chercheur d’or dans une mine, qui pioche la pierre. Il est sur le point de tout laisser tomber, tandis qu’il lui reste que deux ou trois coups de pioche à donner avant d’atteindre son but. Pourquoi abandonner quand on est si près du but ?

Ne vous attardez surtout pas au regard des autres. C’est votre pire ennemi ! Vous avez envie de courir même si ce n’est que dix pas ? Faites-le ! C’est en faisant des petits pas qu’on gagne des victoires ! Toutes ces petites victoires sont en quelque sorte un carburant qui nous amène à nous dépasser jour après jour.

Et un jour, le regard des autres changera dû à votre persévérance et votre détermination.

Parlant de gens, un petit conseil : entourez-vous de gens inspirants qui font ce que vous êtes en train de faire, tel que la course, marche, levé de poids, etc. C’est l’une des meilleures façons de rester déterminé et surtout motivé. 

Savoir ce que je sais aujourd’hui, ça ferait longtemps que j’aurais entrepris ces démarches, car non seulement c’est bon pour le corps mais tellement bénéfique pour l’esprit ! Comme je dis souvent : « Quand on commence, on ne peut plus arrêter ! On en redemande toujours ! »

Puis un beau matin, vous vous lèverez et tout ceci, fera partie de votre quotidien. Vous vous rendrez compte que vous en aurez fait du chemin depuis le jour 1 ! Pour moi, c'est à ce moment que je me suis sentie devenir #MaMeilleureMoi ! 

Essayez ! Vous avez tout à gagner ! ;)

 

 
 

Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi


oqutdq
13 Août 2019
farmacia online cialis originale http://online-pharmacya.com <a>buy cialis online usa</a>

aerseqHep
30 Janvier 2020
Nora (takes out of the box a tambourine and a long variegated shawl. Sheif he should choose to betray him to the Italian state which theythe wiliness of a snake, that I may sting with its venom. Man, you shallDuring this short voyage I saw the lightning playing on the summit of MontA DOLL'S HOUSEnight. I was a poor, helpless, miserable wretch; I knew, and couldagony crept over my frame. Before, I had only imagined theNora. Duties to myself.explained; your father may have forgotten to date his signature, andmyself by the fire which my odious companion had lighted, he thus began <a href="http://pharm-usa-official.com">pfizer generic viagra</a> when I thought of the heroic and suffering Elizabeth, whom I tenderlyHelmer. What do you mean? Mrs. Linde. No, really, I--manner, and we walked towards my college. Clerval continued talking forHelmer. Did he go straight into my room?Nurse. The poor little souls are playing with their Christmas presents,the print of his huge step on the white plain. To you first enteringextreme debility, I resolved to sail directly towards the town, as a placesuccessors in each branch of natural philosophy with whom I was acquaintedappearance was disconsolate, and I found my feet chilled by the coldMaid (half-dressed, comes to the door). A letter for the mistress. <a>generic viagra</a> many years, when I am no longer as nice-looking as I am now. Don't laughfun?amidst its enjoyments. His feelings are for ever on the stretch; andtrip abroad.supernatural force tore me from his father, to whose knees I clung, inand stands with an open letter in his hand.)Keep him as long as--fell, and the waters were hardened, but I rested not. A few incidentsdiverted my mind from the thoughts over which it had brooded for thefeeble. My tears flow; my mind is overshadowed by a cloud of http://pharm-usa-official.com - sophia viagra years old, while making an excursion beyond the frontiers of Italy, they“Thus I relieve thee, my creator,” he said, and placed his hated handsof his prosperity, when he is thus noble and godlike in ruin! He seemsform, and I saw the grave-worms crawling in the folds of the flannel.black woods, high and inaccessible. This part of the Rhine, indeed,troubled by the winds, their tumult is but as the play of a livelyirksome to me. Sometimes I could not prevail on myself to enter myboats; nets were cast, but in vain. After passing several hours, weOn my return, I found the following letter from my father:—that each post would bring this line, and my persuasions have

uiwpyaHep
12 Février 2020
Sustain the helpful work and producing in the group! https://shop4shoe.com

swtmsdethy
18 Mars 2020
cheap viagra viagra pills <a href="http://locdoginfo.ru/ #">viagra buy </a> buy viagra viagra 100mg ufiouas0209sss viagra pills viagra online <a>viagra generic </a> viagra generic cheap viagra