Et si on était aussi obsédée avec les choses qu'on aime sur soi que nous le sommes avec les choses que nous n'aimons pas?

04 Mai 2018 | Anne-Marie Gobeil

Et si on était aussi obsédée avec les choses qu'on aime sur soi que nous le sommes avec les choses qu'on n'aime pas?

À force d'avoir une conversation constante avec les femmes québécoises sur les réseaux sociaux (PS : CONTINUEZ de m'envoyer vos témoignages sur Facebook et Instagram, parce que J'ADORE connecter avec vous) je me suis rendue compte que beaucoup d'entre nous (moi incluse) étaient tourmentées et criblées d'anxiété.

Oui, les femmes ressentent beaucoup de pression, et ce, au quotidien dans tous les aspects de leur vie. Je pense que nous sommes à une croisée des chemins où, en tant que femmes modernes, nous avons l'impression que nous devons porter tous les chapeaux : être une professionnelle à succès qui prend au sérieux sa carrière qui peut aussi être une maman aimante, une compagne amoureuse qui entretient la flamme, une amie intéressante avec qui on veut passer du temps mais qui mène aussi une vie excitante, prend soin d'elle, fait le ménage, l'épicerie, voyage beaucoup et prend plein de beaux clichés des milles-et-unes expériences fabuleuses qui garnissent son existence...ah oui, et tout ça, en ayant un corps de BOMBE sexuelle. 

Je transpire juste à écrire ! Fiou ! Mais pourquoi on s'inflige ça au juste? Ça n'a RIEN de réaliste et encore moins de SAIN de vouloir se mesurer à cette pseudo-femme-sur-humaine-idéale. D'un angle un peu plus optimiste, nous sommes toutes le même bateau, girls. C'est pour ça que d'avoir ces discussions-là ensemble et aussi avec soi-même sont importantes.

Tu sais déjà que ma mission est de redéfinir les mots "fitness" et "beauté" pour qu'ils nous représentent plus fidèlement, nous les femmes. Et je crois que c'est justifié, parce qu'on a jamais été aussi consciencieuse de notre apparence. Les différents médias sociaux sont superbes pour connecterait créer des liens  des gens qui partagent les mêmes intérêts et opinions ensemble, mais ils amplifient aussi  le phénomène de comparaison. C'est tellement facile de voir tout ce qui semble parfait dans la vie ou sur le corps d'une autre femme et par conséquent, tout ce qui cloche sur le nôtre. 

J'imagine que ce que j'essaie de dire, c'est que puisque je travaille dans le domaine de l'entraînement, je côtoie constamment des femmes qui ont une idéologie un peu déformée de ce qu'elles pensent devoir faire pour se sentir mieux dans leur peau. Laisse-moi t'expliquer :

Plusieurs femmes sont tellement empressées de perdre 20 lbs, de faire descendre leur taux de gras, de prendre du muscle, de changer leur corps en pensant que c'est ce qui va améliorer l'entièreté de leur existence. Je ne peux te dire combien de fois je vois des femmes atteindre l'objectif qu'elles avaient en tête pour leur poids ou leur corps uniquement pour réaliser qu'elle ne sont pas plus heureuses, complètes ou même plus confiantes qu'avant. 

Changer ton corps ne veut pas automatiquement dire que ton couple va se mettre à mieux aller ou bien que tu vas finalement décrocher cette grosse promotion, réussir mieux dans la vie.

Girl, it’s not about that!

Changer ton poids ou la silhouette de ton corps c’est complètement superficiel si tu ne fais pas le travail sur ta personne qui vient avec l’implémentation de ces nouvelles habitudes de vie saine. Plus mince, ce n’est pas plus heureuse. Plus musclée, ce n'est pas plus forte mentalement. Plus découpée, ce n'est pas plus équilibrée. Il ne suffit pas de changer physiquement : il s’agit plutôt de lever le voile sur un autre aspect de notre beauté, qui, selon moi influence 90% de notre niveau de confiance et de bonheur : aka ce que tu as entre les deux oreilles et les pensées qui habitent ton esprit. 

Personnellement, je peux t'affirmer que les gens m'ont toujours vu pour cette chose extérieure qu'est mon corps. Que ce soit positif ou négatif. Que ce soit pour souligner mes courbes féminines ou bien pour l'aspect masculin de mes muscles, tout ce que les gens ont tendance à remarquer, c'est ce de quoi j'ai l'air. Et malheureusement, pour cette raison, j'ai longtemps pensé que c'était LA chose qui me rendrait plus heureuse. Mais...non.
Et c'est drôle, parce que j'ai l'impression qu'en tant que femme, nous sommes condamnées à recevoir davantage de commentaires sur l'apparence de nos corps versus sur nos capacités. C'est vrai! Pense-y : que ce soit en bien ou en mal, les gens ADORENT parler des jambes/bras/fesses/cellulite/cheveux/ventre des femmes.  Pourquoi est-ce que ce à quoi on ressemble devrait compter plus que ce qu'on fait? 

Et je ne veux pas dire par là qu'on ne devrait pas aimer le corps dans lequel on habite ; tu DEVRAIS être la personne qui raffole LE PLUS ton corps. Te trouver belle et trouver que ton corps, il est suffisant. Tu devrais (et avec raison) adorer chaque centimètre carré de toi, de ta tête à tes pieds à TOUS les stades de ta vie. Alors, j'imagine que ce que je veux justement dire que la perte de poids, la prise de poids, la grossesse ou le vieillissement ne devrait pas anéantir ou bâtir ta confiance en toi. Ce n'est pas de là qu'elle devrait venir ta confiance. Parce que si c'est le cas, c'est aussi dangereux que de jouer à la roulette russe. 

Je veux croire que chacune d'entre nous est PLUS qu'un corps, qu'une silhouette, qu'un poids sur la balance.  Je veux penser que tu sais déjà que tu es cent fois plus unique, capable, brillante, talentueuse et complexe que ce qu'on pourrait voir uniquement avec les yeux. Ta valeur n'est pas directement proportionnelle à la grandeur de vêtement que tu portes. Ta beauté ne se mesure pas par ton tour de taille et encore moins par le nombre de " ? " sur ta dernière selfie. Être femme, ça n'a rien à voir avec notre look et tout à voir avec notre essence. 

Alors imagine si on était aussi obsédée avec les choses qu'on aime sur soi que nous le sommes avec les choses qu'on n'aime pas? Je pense que si on était capable, ensemble, de changer notre perception, nous pourrions créer tellement de bien autour de nous. 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi