Tu as l'impression d'être l'esclave des "diètes" et de tourner en rond ? 3 choses que tu dois arrêter de faire immédiatement.

18 Juin 2018 | Anne-Marie Gobeil

Pour beaucoup de femmes (moi incluse) ça peut prendre du TEMPS (et énormément d'essais-erreurs) avant de réussir à trouver chaussure à son pied dans le département de la nutrition.

Parfois, ce voyage vers une version plus saine de soi-même nous laisse un arrière-goût en bouche (sans vouloir faire des jeux de mots plates) et peut même endommager notre relation avec notre corps et la nourriture. C'est l'abondance d'information qui fuse de tous les sens, les centaines de "diètes" qui vantent leur succès, la pression de réussir et la quête de résultats qui ont tendance à nous faire perdre nos repères à nous donner l'impression que peut importe ce qu'on fait, on fait du sur-place. 

Manger santé, c'est simple sur papier, mais c'est loin d'être aussi simple en pratique : pour plusieurs, manger sainement rime avec interrogations, doutes, craintes et contantes remises en question. Même si ce n'est pas l'objectif initial d'un plan alimentaire, pour beaucoup de femmes, le contenu de son assiette peut rapidement devenir une source de stress importante. 

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il n'est pas normal de penser qu'on doit endurer quelconque stress émotionnel quand on veut simplement manger sainement. Alors qu'il faut déployer un certain sens de la discipline et du contrôle de soi, on ne devrait pas avoir à "souffrir" pour obtenir des résultats, non plus.  

Si tu as l'impression que tu es devenue l'escalve des "diètes", que tu te sens déprimée ou perdue par rapport à ton alimentation, je t'invite à continuer à lire. 

Arrêter de se peser

Que ce soit ton poids, ton taux de gras ou ton tour de taille qui dicte ta progression en ce moment, je te recommande de laisser tomber ce chiffre AU MOINS pour quelques temps. Beaucoup de femmes se concentrent sur un simple chiffre pour évaluer si elles progressent ou non, et alors que cette façon de faire est explicite, elle ne raconte pas toute l'histoire derrière ton progrès. 

Outre le chiffre qu'indique ta balance, tu peux progresser de bien d'autres façons qui ne sont pas nécessairement quantifiables : si tu gagnes en énergie, si tu prends de la force, si tu te sens plus en confiance, si tu as l'impression d'être plus endurante et en forme ou si tu es tout simplement fière d'avoir pris ta santé en main, tu n'as aucune raison de te laisser décourager par un chiffre. Au fait, POURQUOI est-ce qu'être plus légère est important pour TOI ? Si tu te mets à y penser sérieusement, tu vas probablement te rendre compte qu'être "petite" n'est probablement pas ce qui te motive le plus à manger mieux. 

Ta masse musculaire, ta force, ta détermination et ta santé ne peuvent pas être pesés ; si la balance ne baisse pas, ça ne veut pas dire que tu n'évolues pas et ça n'est surtout pas une raison pour suivre une diète pénible. 

Arrêter de compter les calories

Beaucoup de femmes croient que la principale embûche qui les séparent de leur objectif est leur apport calorique. Par contre, plus souvent qu'autrement, ce qui empêche réellement une femme d'avancer vers la meilleure version d'elle-même, c'est plutôt le fait qu'elle n'accepte pas pleinement son corps. Au lieu de se célébrer, elle s'attache à une idéologie selon laquelle plus "petite" c'est mieux. Je le sais, parce que du haut de mes 5 pied 8 et de ma carrure athlétique, j'ai souvent eu l'impression d'être une géante. Pourquoi nous les femmes, on veut toujours se rapetisser ? 

Je pense que le réflexe de compter et de couper ses calories vient de ce désir d'être plus délicate pour correspondre à la définition tellement étroite de ce qu'être "féminine" veut dire dans notre société. Mais si tu arrêtais de focuser autant sur tes calories ingérées et sur ta grosseur et que tu commençais à manger pour NOURRIR et FOURNIR DU CARBURANT à cette belle machine qu'est ton corps, tu serais émerveillée de ce qui se produirait. 

Il n'y a aucune donnée scientifique que je puisse te fournir pour backer ce que je viens de te dire, seulement mon expérience et celle de tas d'autres femmes qui ont vécu la même chose : la journée où tu vois la nourriture comme de l'énergie et non pas comme un budget serré, ta vie change...et ton corps aussi. Quand ton mindset évolue, tu stoppes aussi le fameux cercle vicieux de diète stricte suivie par un épisode de déchéance alimentaire et ça, c'est une raison suffisante pour arrêter de se rendre folle avec le calcul obssessif de nos calories.

Je ne dis pas que tu ne devrais pas avoir de structure alimentaire et que tu ne devrais pas considérer de monitoire ton apport en protéines ou bien de t'assurer de consommer assez de fruits et légumes, mais je pense que la plupart des femmes gagnent à se décharger les épaules du stress inutile de vouloir contrôler et calculer chacune des calories qui passe leurs lèvres.  La vie est trop court pour ça, si tu veux mon avis ! 

Arrêter de mettre une date d'échéance à ses résultats

Tu es familière avec les slogans du style "Perdez 10 lbs en 2 semaines avec cette diète!" , "Réduisez votre tour de taille en 15 jours avec ce produit!" ou encore "Faites grossir vos fesses en 30 jours avec ce défi! " ?

Moi aussi. Et j'en ai marre, parce qu'on ne peut pas mettre une date d'échéance comme ça à nos résultats et encore moins à notre santé. Alors que c'est bien d'avoir des objectifs à court et long terme pour rester motivée, si tu t'attends à une livraison de résultats aussi rapide et précise que lorsque tu commandes sur Amazon, tu risques d'être constamment déçue. 

Il n'y a pas le feu, fille. Relaxe et apprécie chaque étape du processus plutôt que de déjà penser au résultat final. Ne saute pas sur la prochaine diète ou tendance fitness juste parce qu'elle se promet d'être la voie rapide vers ton corps de rêve. Tu n'as pas besoin d'ajouter un facteur stress supplémentaire à tes habitudes alimentaires saines. Juste manger santé, sache que c'est assez. Tu n'as pas à prouver à qui que ce soit que tu peux arriver à la ligne d'arrivée plus rapidement que la voisine. Surtout, tu n'as pas à produire des résultats express pour témoigner de ton engagement et de ton sérieux envers ta mise en forme. 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi