Fertilité et nutrition : les bons gestes et les faux-pas

10 Juillet 2018 | Anne-Marie Gobeil

Ces temps-ci, tout le monde semble avoir le baby-fever !

J'avoue en être autant affectée que les femmes qui nous écrivent pour nous questionner sur les ajustements qu'elles devraient ou ne devraient pas faire à leur mode de vie pour favoriser leur fertilité. 

Peut-on continuer à s'entraîner plusieurs fois par semaine? Comment doit-on adapter les exercices qu'on fait ? Est-ce qu'on continue de manger santé ? Quels sont les aliments qui favorisent ou défavorisent notre niveau de fertilité ? Est-ce qu'on compte nos calories et nos macro nutriments ?  Qu'est-ce que qui va arriver à notre corps ? 

Avec toute l'information accessible sur Internet ains que les conseils (parfois non sollicités) de notre entourage, il peut être excessivement ardu de démêler les bons gestes des faux pas. Voici 8 erreurs à ne pas faire  si tu souhaites conjuguer fertilité et mode de vie sain. 

1. ÊTRE EN DEFICIT CALORIQUE

Si tu es de celles qui désirent concevoir un enfant dans les prochains mois, la première chose à ne PAS faire est d'imposer un déficit calorique à ton corps. 

Être en déficit calorique impose une quantité de stress incroyable au corps. Lorsque tu consommes moins de calories que tu en dépenses tu perds du poids, mais tu déclenche aussi une relâche de cortisol (l'hormone du stress) importante et tu fais travailler ton corps inutilement plus fort. Puisqu'il est prouvé que le stress physique et physiologique ont des impacts négatifs immenses sur la fertilité et la capacité à concevoir, on évite de s'imposer une telle chose. 

De plus, quand vient le moment de créer la vie, tu veux t'assurer d'être en état de donner tous les nutriments et l'énergie que ton corps pourrait avoir besoin pour construire ce petit être humain. L'heure n'est pas du tout à la restriction ! 

Je me fiche de ce que ton entraîneur(e) trop extrême ou les médias sociaux qui te mettent la pression en disent, tu es celle qui est en contrôle et qui connaît le mieux ton corps. Dans cette période magique et cruciale de ta vie, il est plus important que jamais de traiter ton corps avec RESPECT.

2. TE LANCER DANS UNE NOUVELLE DISCIPLINE 

Si tu as toujours contempler l'idée de t'entraîner pour un marathon, ce n'est peut-être pas le moment de sauter à pieds joints dans le défi. Alors qu'il n'y a rien de négatif à rester active (monnayant quelques ajustements), tenter quelque chose d'extrême ou de complètement nouveau n'est peut-être pas le meilleur plan de match.

3. STOPPER TOUTE ACTIVITÉ PHYSIQUE

À l'opposé, stopper toute activité physique si tu es déjà sportive est, dans la vaste majorité des cas, inutile. Pour la plupart des femmes actives, il n'y a pas de danger à continuer à bouger.

Être active offre toute une gamme de bénéfices pour la santé de la future maman ainsi que pour celle de bébé. En plus de favoriser le développement normal de l'enfant, l'activité physique est aussi la meilleure façon de se préparer à vivre l'accouchement, une épreuve évidemment très physique et taxante sur le corps humain. 

Bien certainement, tu devras apporter des modifications à la façon dont tu t'entraînes selon comment ta grossesse évolue. C'est avec l'avis de ton médecin que tu pourras aller de l'avant avec la façon dont tu demeureras active. Dans le cas de complications ou de problèmes de santé, c'est aussi ton médecin qui te conseilleras quant aux restrictions et limitations que tu auras.

Personnellement, je vois mal comment je pourrais délaisser une activité qui me procure autant de bien-être émotionnel que physique. Je pense que même lorsqu'on cherche à fonder une famille, il est vital de prendre soin de soi ; après tout, on ne peut qu'être à notre meilleur quand on se SENT à notre meilleur. 

4. COUPER UN GROUPE D’ALIMENTS

Dans la même lignée que le point #1, éliminer ou démoniser un groupe d'aliments comme les glucides ne te fera que du tort au niveau de ta fertilité. Ton corps a besoin d'un maximum de nutriments, vitamines et minéraux ainsi que de carburant pour maximiser ton équilibre hormonal et tes capacités reproductives. Plutôt que de compter chaque gramme de glucides, mise sur la consommer des aliments simple, nourrissants et de qualité.

5. AVOIR COMME OBJECTIF UNE PERTE DE GRAS

Soyons franches : si tu veux tomber enceinte, tu dois réaliser que ton taux de gras ne baisseras pas dans les 9 prochains mois. Avec le flot d'hormones féminines qui accompagne la grossesse, il est tout à fait impossible (et complètement malsain) de viser à perdre du gras. De toute façon, est-ce VRAIMENT ce qui te tient LE PLUS à coeur?

Si tu ressens de l'amertume à l'idée de mettre sur la glace tes objectifs le temps de construire ton mini-humain, peut-être que tu n'es pas réellement prête à faire le saut. Et c'est CORRECT ; il faut seulement être honnête avec soi-même. 

Perdre du gras, pour une femme, peut impliquer plusieurs effets secondaires néfastes à la reproduction. Lorsque tu place ton organisme en déficit ou lorsque tu imposes à ton corps un niveau d'activité physique extrême, c'est ton système reproducteur qui peut être directement touché. Chez plusieurs femmes qui abaissent leur taux de gras dramatiquement, on peut observer des déséquilibres hormonaux et même la perte des règles. Personnellement, dès que je franchissais le cap des 15 % de gras (ce qui est TRÈS bas pour une femme), je perdais instantanément mes menstruations. 

6. CHERCHER À FRACASSER DES RECORDS PERSONNELS

Si tu tombes enceinte, tu ne peux pas t'attendre à continuer de fracasser des records personnels de force et d'endurance. L'heure ne sera pas à dépasser tes limites physiques, mais bien au maintien de tes saines habitudes. Pour certaines (je m'inclus dans ce groupe), ça peut être très difficile de faire une croix sur ses performances.

7. MANGER « POUR DEUX »

Au lieu de penser à manger "pour deux" on pense à manger "deux fois mieux" ! 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi