Kim a évité la chirurgie et changé sa vie en prenant la décision de se mettre en forme. Voici comment elle a fait!

20 Septembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

40258767_10218115825473361_904809868211257344_o

 

J’ai toujours eu un certain désir de perdre du poids pour des raisons d’apparence sans jamais faire les actions nécessaires pour y arriver. D’un autre côté, j’ai toujours eu des problèmes de genou qui m’handicapaient dans mon quotidien : je fais des luxations à répétition depuis ma jeunesse. Le problème vient d’une légère malformation dans mon genou droit combiné à mon hyper laxité ligamentaire. C’est beaucoup de mots scientifiques, mais en gros, la seule solution était la chirurgie…à moins de changer mon mode de vie. Il y a quelques années, j’ai compris que la seule façon d’améliorer ma situation était de me remettre en forme, de perdre du poids (pour en donner moins à mon genou à supporter) et de faire de la musculation pour renforcir les muscles autour de mon genou plus forts. J’avais enfin trouvé mon vrai ‘’WHY’’, celui qui réellement allait me pousser à me dépasser et à enfin y arriver.

Il m’a fallu plusieurs années d’essais et d’erreurs pour trouver ce que j’aimais faire en matière de routine d’entraînement, pour développer des connaissances réelles en nutrition ainsi que pour maintenir mes habitudes sur le long terme, mais j’au réussi. Et aujourd’hui, à cause des gestes que je pose au quotidien pour ma santé, je suis en attente pour revoir mon orthopédiste afin de me faire retirer de la liste d’attente pour ma chirurgie (chirurgie qui, soit disant passant, demandait 3 mois de réhabilitation et qui ne me garantissait pas d’atteindre le résultat recherché). Bien sûr, mon genou restera à risque et je devrai limiter les impacts, faire attention et je n’aurai probablement jamais la chance de courir, mais il est aussi beaucoup plus fort et je n’ai plus eu de luxation depuis 2 ans. Ça c’était mon « WHY » initial, mais depuis mes premiers pas avec l’entraînement, plusieurs autres m’ont motivé à continuer. Surtout le désir de me sentir bien dans ma peau.

Mais ça n’a pas toujours été facile.

Je dirais que ce que j’ai trouvé le plus difficile a été la pression sociale que j’ai ressentie depuis le DÉBUT. La pression de prendre un verre lors des soirées ou bien la pression de manger un morceau de gâteau. Le fameux : « Franchement, ce n’est pas un morceau de gâteau qui va te fair engraisser ! », je l’ai entendu trop souvent.

Non, peut-être que CE morceau de gâteau ne me fera pas grossir, mais si je le refuse, c’est parce que je n’en veux pas et que je n’en ai pas besoin. Non, je ne pense pas non plus être plate parce que je dis non à certains aliments. J’en mange du gâteau et des chips, au fait, et j’en bois de l’alcool, mais quand ça me tente, pas quand l’occasion « l’oblige ».

J’ai aussi trouvé difficile de développer ma discipline. Oui ça prend de la motivation, de la planification, des connaissances mais quand la motivation n’y est pas et que nous nous sommes mal organisées dans notre horaire de la semaine, c’est la discipline qui fera la différence entre choisir de se lever à 5h du matin pour aller s’entraîner ou rester au lit.

Peu de gens autour de moi ont pris le même virage santé que moi. Pour mon entourage, c’est dur de me supporter dans quelque chose qu’ils ne comprennent pas nécessairement. Mon conjoint mange les mêmes repas que moi, va prendre des marches avec moi et m'encourage au quotidien. Il lui arrive aussi parfois de manger ses chips dans ma face, mais tu sais, c'est correct, car je fais mes choix et jamais je ne vais empêcher les autres de faire les siens (et en plus, ça pratique mon ‘'self-control''!). Il me soutient aussi fort qu'il peut, m'encourage régulièrement et souligne mes progrès. Ma famille m'encourage ainsi que mes amis lorsque l'occasion se présente. Cependant, on ne peut pas compter sur le soutient des autres pour rester motivée : il est important dans le processus que notre motivation vienne de nous-même avant tout. Ce qui m’aide, c’est de me fixer des petits objectifs à court terme et de suivre mes progrès. Aussi, il y a toute l’aide et l’appui que je trouve sur les réseaux sociaux. Je reçois et donne beaucoup de support via quelques groupes sur Facebook comme la Communauté virtuelle de Barbelle par exemple, où des milliers de femmes actives sont rassembléeset se conseille.

Quand je me rends compte que mes nouvelles habitudes deviennent de plus en plus ancrées en moi, ça me rend tellement fière. Que je dois de moins en moins me ‘’forcer’’ à manger mieux ou à m’entrainer parce que ça devient une deuxième nature. Bien sûr, ça m’arrive encore d’avoir une fringale de chips au lieu de vouloir manger mon brocoli, mais de façon générale, les bons choix, autant au niveau de l’activité physique que de l’alimentation, deviennent de plus en plus automatiques et ça, ça me rend fière. Utlimement, mon but c’est d’être en santé et d’avoir une vie active, pas de me sentir en privation. Et je crois que c’est vraiment ce que je suis en train de réussir à accomplir.

En ce moment, je fais le Guns&Buns 2.0 (un Ebook de Barbelle, bien sur!) que j’adore et qui me permet de me dépasser chaque jour. Je suis tombée en amour avec les programmes conçus pas Barbelle parce que c’est-ce qui me convient à MOI. J’en ai essayé plusieurs options avant. Au fait, j’ai essayé tout ce que les autres font : le gym, les DVDS et vidéos de X et X personnes ou compagnie, les cours de groupe…etc.  C’est drôle, parce que je me suis entêté à faire des vidéos d’entraînement tellement longtemps avant de réaliser que je n’aimais même pas ça. Ayoye, que je performe plus et mieux depuis que je fais des entraînements que J’AIME!

J’ai réalisé avec le temps qu’être en forme pour moi, c’est loin d’avoir des abdos en tablette de chocolat et un cardio du tonnerre. Être en forme pour moi, ça veut plutôt dire avoir une bonne santé globale ou faire ce qu’on peut pour y remédier. Être capable de jouer avec notre chien ou nos enfants sans s’épuiser. Pouvoir faire des activités sans limitations. Être active à notre façon. Bref, je crois que ce n’est pas parce qu’on ne ressemble pas à une couverture de magasine (retouchée au Photoshop toute façon!) qu’on n’est pas en forme.

Si vous avez des doutes ou avez peur de vous lancer, voici ce que j’ai à vous dire : faites-le pour vous et faites-le pour les bonnes raisons. Si vous n’êtes pas certaines de votre ‘’ WHY ‘’ prenez le temps d’y réfléchir. Ne suivez pas toutes les modes et tendances fitness. Si vous avez envie de manger Keto, de faire du jeun intermittent ou du Carb Cycling, super, mais renseignez-vous, et faite le parce que ça vous convient à VOUS. Pas parce que c’est populaire, à la mode ou que la voisine le fait aussi. Écoutez-vous et faites-vous confiance. Prenez le temps de trouver une activité physique qui va vous plaire et que vous aurez envie de faire, ça ne devrait pas être un calvaire. Soyez curieux, instruisez-vous, mais de croyez pas tout ce que vous entendez.

- Kim 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article

    Cliente du mois : Comment Sarah réussi à balancer vie de militaire et vie active

    2017-08-23 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article

    Cliente du mois : Claudine est une camionneuse qui a vaincu l'obésité et qui s'entraîne aux aires de repos sur la route!

    2018-05-06 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article 40066134_10156190047759331_7685160427851874304_n

    Cliente du mois : je m'appelle Alexandra, et voici pourquoi j'ai complètement changé mes habitudes alimentaires

    2018-09-12 21:05:45 | Anne-Marie Gobeil