Cliente du mois : Diabète, carrière, vie sociale...Justine ne se donne aucune excuse et est plus en forme et santé que jamais

26 Septembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

34045656_10160553158950235_9010470705560551424_n

Tout au long de ma jeunesse, la danse à fait une partie intégrante de ma vie. Je suivais des cours de ballet classique, des pointes, du jazz, du contemporain et du hip-hop et ce, jusqu’à l’âge de 18 ans. J’étais relativement en forme grâce aux 10 heures de danse que j’investissais par semaine, mais le milieu de la danse est parfois nocif. Entre autres, le culte de la minceur  y règne…même au niveau amateur.

Durant mes études universitaires, je me suis inscrite au CEPSUM, la salle de sport de l’université, pris part à des cours de yoga eu j’ai même essayé les gyms Curves. J’ai toujours eu le désir d’être en form. Je voulais être plus mince. Mais à chaque fois que je commençais, je vivais une soudaine perte de motivation quelques semaines plus tard qui m’empêchait de continuer. Avec le recul, je réalise que je n’avais peut-être pas les meilleures motivations pour continuer de fréquenter les gyms.

À 21 ans, j’ai été diagnostiqué diabétique. J’ai un diabète plutôt rare, le Mody 3, qui se caractérise comme étant un diabète génétique. En gros, j’ai un gène mutant dans ma séquence d’ADN qui fait en sorte que je ne produis pas assez d’insuline.

Au début, après le diagnostic, on a essayé une diète combinée à de l’exercices, sans prise de médicaments. J’ai commencé à courir et faire un peu de musculation, mais ultimement, malgré mes bonnes habitude, je devais absolument être médicamenté et ce, pour le reste de ma vie.

Le hic avec les médicaments, c’est qu’une fois qu’on les prend, on a l’impression qu’on peut s’en « permette » plus sans causer de dommages. Je pouvais recommencer à manger des aliments que normalement je ne me serais pas permise ici et là et par le temps, on se créer de mauvaises habitudes.

En septembre dernier, j’ai changé d’emploi. Ça été un peu un élément déclencheur pour moi à plusieurs niveaux : je revenais de voyage, je n’aimais pas vraiment les photos de moi, mon ancien emploi en agence de publicité faisait en sorte que je me retrouvais souvent à faire passer mon travail avant moi. Je m’étais négligée et j’ai réalisé que certaines choses devaient changer. L’entreprise pour laquelle je travaille maintenant prône la santé, les bonnes habitudes de vie et l’équilibre. Suite à ce changement d’emploi, tranquillement, j’ai recommencé à me cuisiner des repas plus équilibrés, à fréquenter le gym au travail, à trouver des idées d’exercices sur des applications.

Quand j’ai recommencé à fréquenter un gym, pour la première fois de ma vie, j’ai suivi un programme d’entraînement. Un vrai, que je suivais à la lettre, d’ailleurs. C’est vraiment l’une des cause de ma réussite. Je m’étais enfin prouvé que je pouvais commencer et terminer un programme en entier.

Je n’avais plus l’excuse de faire un peu n’importe quoi, sans routine au gym. Et j’ai tellement appris!

Mon chum m’a toujours supporté dans mon processus et à lui-même recommencé à s’entrainer ! Il vient tout juste de s’acheter un vélo de route. Chacun sa passion!  Ma famille m’a aussi toujours encouragé dans mes projets, peu importe la nature de ceux-ci. J’ai aussi créé un compte Instagram pour me motiver et motiver les autres à faire comme moi (PSST! Viens me suivre ici si tu veux te joindr eà mon aventure santé : @joujou.fit). Au fil du temps, j’ai reçu plusieurs témoignages de filles qui m’ont confié qu’après avoir vu passé l’une de mes publications ou l’une de story, elles se sont levées et sont allées s’entrainer!

Je suis TELLEMENT fière de ne jamais avoir lâché. J’ai toujours eu à coeur ma santé, mais aujourd’hui, je sais que j’ai trouvé MON équilibre et que je fais bien les choses. Bien sur, comme tout le monde, j’ai des journées plus difficiles : je vis parfois du découragement, des doutes et des frustrations, mais je suis capable de revenir aux raisons qui me poussent à continuer d’avancer.

Je fais actuellement le Guns&Buns 2.0, version au gym. Mes objectifs actuels sont de continuer à améliorer mon endurance, augmenter mes charges et briser mon plateau en entraînement!

Comme plusieurs, j’aimerais aussi faire baisser mon taux de gras au fils du temps et maintenir mon hémoglobine glyquée (moyenne de mon taux de glycémie) en bas de 6.5 %.

Être en forme, à mes yeux, c’est de se sentir bien dans son corps! C’est d’être capable de suivre des amis en randonnée, de nager dans un lac, de lever une grosse poche de patate. C’est d’embarquer dans une activité sportive lors d’une journée Team Building au bureau sans avoir une pensée qui dit « Oh, je risque d’être essoufflée… » qui me hante. C’est de ne plus être fatiguée et avoir tout plein d’énergie! Être en forme ce n’est pas juste physique, c’est un état d’esprit et un mode de vie.

Je n’ai jamais manqué de confiance en moi et j’ai toujours accepté le corps que j’avais peu importe le « stade » où il était. Le compliment qu’on me donne le plus souvent, c’est combien j’ai confiance en moi et je sais que ça incite plusieurs personnes à travailler sur eux-même. La confiance, ça part de soi-même, de l’intérieur. Il faut être bien dans sa peau et s’accepter avant tout. Après, sky’s the limit.  

- Justine

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article

    Cliente du mois : Claudine est une camionneuse qui a vaincu l'obésité et qui s'entraîne aux aires de repos sur la route!

    2018-05-06 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil