Es-tu sensible ou résistante à l'insuline ? Voici pourquoi c'est important !

06 Septembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

rawpixel-749491-unsplash

 

Afin d’améliorer ta composition corporelle (aka : ajouter du muscle à ton corps tout en réduisant ton taux de gras, si tel est ton objectif) efficacement, un facteur important doit être considéré dans l'équation. Il s'agit d'une hormone nommée insuline qui sécrétée par le pancréas et qui est responsable d'abaisser le taux de sucre sanguin. En effet, celle-ci est sécrétée lorsqu'il y a présence de glucose dans le sang et agit à titre de répartitrice, que ce soit en acheminant le glucose dans le tissu musculaire, dans les organes ou bien dans les cellules graisseuses.


L’insu-quoi ? Explications s’il vous plaît !


Les aliments que tu consommes ne sont pas uniquement des calories qui « lévitent » dans ton corps en attendant d’être brûlées. Dès que sont ingérées, ces calories auront un but bien précis, dépendement de leur nature. Quand on dit que la nutrition, ce n’est pas juste une question de calories, c’est entièrement vrai !

Par exemple, quand on parle de glucides, certains aliments inciteront ton corps à utiliser les calories qu’ils contiennent. À l’opposé, d’autres types d’aliments forceront presque ton corps à les « storer ». D’autres seront plutôt transformés en une nouvelle forme d’énergie, comme les glucides que ton corps utilise pour fabriquer le carburant dans tes muscles appelé glycogen musculaire. Ce phénomène ne relève pas de la science-fiction : c’est simplement du aux réactions hormonales que ces différents aliments déclencheront dans ton corps à toi.

De façon générale, pour la plupart des gens, les calories contenues dans les aliments riches en sucres et hyper-transformés, comme la malbouffe telle on la connaît, seront redirigées beaucoup plus facilement dans le tissu graisseux. Quand on parle de friandise, de pâtisserie, de soda, d’alcool, de jus et de desserts, ces aliments favorisent la relâche de la fameuse hormone insuline. Si on se souvient bien, l’insuline a comme principal rôle d’emmagasiner l’énergie (calories). Plus on en relâche, par exemple si on s’alimente peu sainement et qu’on consomme beaucoup de glucides simples (les sucres, farines raffinées et alcool), plus il est facile pour notre corps de storer les graisses.

Par contre, ça ne veut pas dire que tous les glucides sont à craindre. Quand on parle de mauvais et de bons glucides, c’est en se basant sur la façon dont le corps va les métaboliser qui tranche.

 

Les glucides complexes qui contiennent des fibres, des vitamines et minéraux importants auront un impact différent sur ta relâche d’insuline. Par exemple, si tu manges une pomme, la sécretion d’insuline sera moins importante puisque l’indice glycémique de cet aliment est bien plus bas que celui d’un biscuit au chocolat.

La différence entre la sensibilité et la résistance à l’insuline et où te situe-tu ?

Alors que la relâche de l’hormone insuline est inévitable ET essentielle (après tout, elle permet d’acheminer l’énergie au bon endroits dans les cellules de ton corps et assurer le bon fonctionnement de ton organisme), les corps de certaines personnes réagissent mieux que d’autres à cette hormone.

La sensibilité de tes cellules à la présence d’insuline dans ton sang est un signe positif : ça siginifie que ton corps est capable de capter la présence d’insuline et gérer normalement les glucides. Si tes cellules sont sensibles à la présence de cette hormone, tu es moins à risque de storer les glucides en graisse.

Cependant, ton style de vie ainsi que d’autres facteurs (que nous observerons justement un peu plus bas dans cet article) peuvent affecter tes cellules, qui ne peuvent plus répondre de façon normale à la présence d’insuline. C’est un peu comme si ces cellules devenaient « aveugles » à la présence de cette hormone, devenant résistantes à l’insuline. C’est une situtation négative qui ne promouvoie pas la santé.

Résultat : le message n’est pas « transmis » à tes cellules et ton corps produit encore davantage d’insuline, ce qui te place dans un constant état de « storage ». À la longue, ce phénomène à effet boule de neige peut endommager le pancréas, augmenter le taux de sucre sanguin de façon dramatique et mener au diabète de type 2.

Évidemment, alors que la résistance à l’insuline est préoccupante pour la santé générale, elle est aussi une grande entrave aux résultats, surtout en objectif de perte de poids et perte de gras.

 

Les raisons et facteurs pour lesquels tu peux être résistante à l’insuline :

 

1. Ton poids et/ou ton taux de gras :

Il est beaucoup plus commun chez les gens qui souffrent d’obésité ou de surpoids de souffrir également de résistance à l’insuline. Plusieurs études tendent à démontrer que les acides gras relâchés dans le sang par la masse adipeuses cause des répercussion négatives sur les cellules des muscles, entre autre, qui cessent de répondre correctement à la présence d’insuline. Le gras vicéral, qui s’accumule autour des organes, est particulièrement préoccupant et peut même relâcher des hormones inflammatoires qui mènent à une relâche d’insuline encore plus considérable.

 

2. L’inflammation dans ton corps :

Le stress oxydatif et l’inflammation chronique (qui peut être causé par la consommation d’aliments malsains, par un niveau de stress trop important ou encore par des intolérances alimentaires) augmente la production de l’hormone cortisol dans le corps. Plus de cortisol dans l’organisme mène à une relâche plus importante d’insuline ; c’est une réaction de survie que le corps a. En situation de danger (stress), ton corps veut maximiser ses réserves d’énergie (gras) pour faire face à toute possibilité d’une éventuellement famine. Évidemment, à long terme, l’inflammation chronique et le stress on des effets très négatifs sur ta capacité à bien gérer les glucides que tu consommes.

 

3. Ta densité musculaire :

Plus on a de muscle, plus ceux-ci auront besoin de carburant. Ce carburant, le glycogen musculaire, est produit par le corps à base de glucides. Si ta masse musculaire n’est pas très dense, au contraire, tu n’as pas la possibilité de « dépenser » les glucides que tu consommes de la même manière. Voilà une autre raison pour laquelle les femmes devraient intégrer de la musculation dans leur routine d’entraînement.

4. Ton niveau d’activité physique :

Pour sensiblement les mêmes raisons que celles énumérées ci-haut, celles qui ont un niveau d’activité physique élevé sont beaucoup moins à risque d’être résistantes à l’insuline.

5. Ton microbiôme

Ta flore digestive, ou plutôt la disruption de l’équilibre entre les bonnes et mauvaise bactéries dans tes intestins, joue un rôle clé dans ta sensibilité à l’insuline. Même si elles sont microscopiques, les mavaises bactéries qui s’attaque à ce fragile équilibre peuvent causer énorméement d’inflammation et favoriser une résistance à l’insuline. On recommande toujours à nos clientes d’intégrer un probiotique de qualité (contenant au moins 25 milliards de bactéries de 6 à 8 souches différentes) dans leur quotidien pour entretenir leur flore digesitve et éviter ce problème.

6. Ta génétique

Ton bagage génétique joue un rôle crucial dans ta sensibilité à l’insuline. Par exemple, certains groupes ethniques comme les asiatiques et hispaniques sont plus à risques d’être résistantes à l’insuline.

7. Ton mode de vie

La majorité du temps, c’est cependant les habitudes alimentaires qui sont à la source d’une résistance à l’insuline. Adopter des habitudes saines, éliminer les sucres ajoutés, produits transformés et réduire sa consommation d’alcool tout en augmentant son niveau d’acitivté physique à long terme reste la façon la plus efficace de renverser les maladies métaboliques, regagner sa sensibilité à l’insuline et vaincre le diabète de type 2.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article

    Conseils d'amie : D'autres mythes nutrition que tout le monde devrait laisser dans le passé

    2017-06-23 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article

    Quel est l'ultime meilleur moment pour manger plus de glucides?

    2017-07-19 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article

    Est-ce que les légumes devraient être calculés comme des glucides?

    2017-08-23 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article annie-spratt-464750-unsplash

    5 raisons scientifiques de ne PAS couper les glucides dans ton plan alimentaire

    2018-04-11 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil