Transition vers une alimentation intuitive : comment faire ?

09 Septembre 2018 | Anne-Marie Gobeil

pablo-merchan-montes-772142-unsplash

 

Selon moi, l’alimentation intuitive devrait être la destination alimentaire finale de toutes les femmes ; du moins, c’est ce que je souhaite pour chacune d’entre nous. Pendant des générations, les femmes se sont enchaînées à des diètes et cures en quête de minceur, mais la vérité, c’est que les diètes ne fonctionnent pas. Ou du moins, elles ne fonctionneront pas toute une vie.

Si je te disais que manger santé n’est pas censé être aussi difficile et compliqué que ça semble l’être quand on suit une diète. C’est ÇA l’alimentation instinctive, ou comment tu peux apprendre à manger sainement pour alimenter ton corps et ton esprit sans jamais avoir à calculer quoi que ce soit ou bien à obséder sur un groupe d’aliments « interdits ».

C’est l’ultime porte de sortie à l’esclavage alimentaire : le plan B qu est véritablement le plan A. Parce qu’une fois que tu maîtrises l’alimentation intuitive, tu regagnes ta liberté et tu doubles tes chances de ne jamais arrêter de manger santé.

 

En quoi ça consiste ?

Tout d’abord, l’alimentation intuitive n’a pas de « règles ». L'alimentation instinctive est la pratique selon laquelle on accorde un maximum d'importance à nos signaux de faim, de satiété, mais aussi à la façon dont notre corps réagit (positivement ou négativement) vis-à-vis notre consommation de certains aliments. Pour se faire, il faut reconnecter avec notre corps. Si je te demandais si tu as mangé devant la télé, en travaillant ou bien en consultant ton cellulaire dans les dernières 24 heures, tu me répondrais probablement que si. Voilà exactement là où est le problème ! Cette façon moderne de manger nos repas nous pousse à manger DAVANTAGE, mais surtout à manger de manière désinvolte. 

EN GROS, AVEC L'ALIMENTATION INSTINCTIVE, ON "OUBLIE" DE SE LAISSER GOUVERNER PAR LES CALORIES, LES "BONS" ET LES "MAUVAIS" ALIMENTS POUR SE CONSTRUIRE DE NOUVEAUX STANDARDS DE QUALITÉ QUANT À LA NOURRITURE : LES NÔTRES, BASÉS SUR COMMENT NOTRE CORPS NOUS INDIQUE QU'ON SE SENT.

Ce n’est pas un plan. Ce n’est pas une diète. C’est un mode de vie que tu dessines pour toi-même, en apprenant à écouter ton intuition alimentaire.

Ça va faire presque deux ans cet hiver que je pratique l’alimentation intuitive, et j’ai commencé à le faire parce que le poids de la culpabilité et du stress alimentaire me pesait trop lourd. Tout ce qui occupait mes pensées c’était la nourriture : le repas que je venais de manger, puis celui que j’allais manger, les calories et mon poids. J’étais obsédée avec l’idée d’être le plus rigoureuse possible avec le contenu de mon assiette.

C’était exigeant, lourd et stressant comme façon de vivre. Je me suis demandé si je me voyais vraiment suivre une diète durant les 10 prochaines années, et la réponse à cette simple question fut un bien assumé « non ». Non, je ne veux pas m’enchaîner à une diète pour le restant de mon existence. Je ne peux tout simplement pas. Après avoir passé des années à suivre des diètes strictes les unes après les autres, j’ai réalisé qu’il y avait surement moyen de faire mieux.

 

Ce que l’alimentation intuitive n’est PAS :

Ce n’est pas une façon de manger dite « free for all ». Ce n’est pas un accès illimité au fast-food et au dessert. Même si tu manges de façon intuitive, il est primordial que 90% des aliments que tu consommes soient nutritifs, naturels et complets. L’alimentation instinctive de faire se veut être une façon de reconnecter avec ton propre corps de façon à le traiter avec respect, tout en évitant d’associer des sentiments de honte et de culpabilité avec la nourriture.

Donc non, ne va pas penser qu'il s'agit d'une stratégie pour truquer le système et manger absolument tout ce dont tu as envie, quand tu en as envie : c'est l'opposé. En fait, au lieu que ta tête gouverne le contenu de ton assiette, c'est plutôt ton corps qui a le droit de parole. Et soyons franches, ton corps ne veut rien savoir de devoir faire fonctionner tes organes au gras saturés, au sucre raffiné et aux aliments de piètre qualité. Ce que ton corps (et pas ta tête, on se souvient) VEUT vraiment, c'est une abondance de nutriments, de vitamines et minéraux. Des micros-nutriments essentiels. Ton corps rêve de produits frais et non-transformés et si tu lui laissais l'occasion de te le communiquer, ta façon de voir la nutrition saine serait transformée à jamais.

 

Est-ce que ce type d’alimentation pourrait être optimal pour moi ?

Comme je le disais plus haut, l’alimentation instinctive est un processus long et qui exige parfois son lot d’essais et d’erreurs. Ça devrait être ta destination finale en matière de nutrition, pas quelque chose que tu maîtrises du premiers coup. Rome ne s’est pas construite en un jour et réalistiquement, reconnecter avec ton corps et réapprendre à te faire confiance peut prendre des mois, voir des années.

À prime à bord, si tu veux vraiment manger de façon intuitive et réussir, tu dois être prête à changer ta perspective face à tout ce que tu connais de la nutrition. Personnellement, quand j’ai débuté l’alimentation intuitive, c’est ce que j’ai trouvé le plus difficile à faire. Ma tête était REMPLIE à CRAQUER d’informations et de données scientifiques contradictoires sur la nutrition et à CHAQUE REPAS, j’hyper-analysais absolument tout ce qui passait mes lèvres :

« Voyons, je ne peux pas manger du gruau! Je ne suis pas censée manger des glucides le matin.»
« Je dois manger au 150 gr de protéines par jour, c’est vital! »
« Je ne devrais pas manger du gluten… »
« Oh mon dieu, ce repas est tellement calorique! »
« C’est beaucoup trop de gras! »

Au début, à chaque bouchée, un sentiment d’anxiété et de culpabilité profonde m’envahissait. À chaque fois que je déposais ma fourchette, une voix dans ma tête me criait de retourner à mes anciennes manières, de sortir ma balance à nourriture et de me remettre à compter les calories. C’est là que j’ai vraiment réalisé à quel point j’avais une relation malsaine avec la nourriture qui se DEVAIT d’être changée. Se reprogrammer, c’est franchement difficile, je te le dis. Si tu veux te lancer dans l’alimentation intuitive, ne crois pas que ce sera simple comme bonjour : prépares-toi à travailler fort et à vivre un certain état de choc au début.

L’alimentation intuitive est pour toutes celles qui veulent être en santé physiquement comme mentalement. C’est pour celles qui veulent cultiver une relation saine avec leur corps et avec la nourriture. Tu es une bonne candidate si tu cherches à nourrir ton corps plutôt qu’à le punir.

Il faut que tu saches cependant que l’alimentation intuitive n’est pas une méthode de nutrition idéale pour produire des changements au niveau de son corps ; c’est une philosophie que tu adoptes dans l’optique de rester en forme et en santé à vie, pas pour « perdre le mou de ventre » ou pour « diminuer les poignées d’amour ». Même si ces résultats externes risquent de se produire quand tu transitionnes à une alimentation saine et intuitive, ça n’est tout simplement pas la fonction principale de cette méthode. Si les changements physiques sont la seule chose qui te motive, cette façon de faire n’est pas pour toi.

Les bienfaits de l’alimentation intuitive :

1. Tu seras naturellement portée à faire de meilleurs choix alimentaires en étant plus in-tune avec les véritables désirs de ton corps. Les choix d'aliments seront ceux issus des bénéfices biologiques qu'ils peuvent te fournir.  Les légumes verts, les noix, les protéines végétales et les fruits deviendront soudainement beaucoup plus attirants. 

2. À l'opposé, tu seras de moins en moins tentée par les aliments "vides". Plus tu fournis à ton corps les aliments dont il a besoin pour fonctionner à plein moteur, plus il rejetteras les sucreries, et produits transformés. Que ce soit toi qui remarques soudainement que ces aliments qui te donnaient autrefois l'eau à la bouche n'ont plus du tout le même goût ou bien que tu te sentes littéralement malade suite à leur consommation, ton corps aura un moyen de te laisser savoir que ce n'est pas ce qu'il veut.

3. C'est aussi pour cette raison que beaucoup de gens (moi incluse) qui passent à une alimentation plus instinctive remarquent une disparition ou une diminution de plusieurs de leurs problèmes de digestion. Quand tu appuies sur pause et que tu prends le temps de te demander si ce que tu mets dans ton corps te fait véritablement sentir bien, tu travailles avec ton corps plutôt que contre lui. Les troubles de digestion comme les intolérances, les ballonnements, les gaz et les reflux acides peuvent être évités en CHANGEANT le type d'aliment qu'on consomme.  Prendre le temps de mastiquer et apprendre à ÉCOUTER notre signal de satiété pour s'arrêter de manger au moment où on est physiquement (et pas psychologiquement) rassasiée sont aussi des éléments clés si on cherche à en finir une bonne fois pour toute avec les malaises gastriques. 

4. L'alimentation instinctive permet de grandement réduire le stress. Si tu es comme moi, l'alimentation est (était, plutôt) la plus grande source de stress dans ma vie. Oui, tu as lu correctement : la première chose à laquelle je pensais à mon réveil était ce que j'allais manger durant la journée. Je commençais mon déjeuner en pensant déjà à ce que j'allais me préparer au diner, puis au souper. Et durant les moments où je ne mangeais pas, je pensais à ce que je venais de manger dans mon précédent repas. Le soir, avant d'aller dormir, je faisais l'inventaire de tout ce que j'avais consommé durant ma journée pour finalement terminer en beauté en pensant à ce que j'allais manger le lendemain. Le stress alimentaire était un véritable cauchemar et j'étais tellement angoissée que je ne me rendais même pas compte que ce n'étais PAS NORMAL de me sentir comme ça. En tirant sur la plug, en bon français, j'ai forcément rompu avec le stress (en partie) dans ma vie. 

Les premières étapes pour faire une transition

Ça y est! C’est décidé : tu te lance dans l’alimentation instinctive ! J’aimerais simplement couvrir avec toi de façon rudimentaire quelques gestes que tu pourrais déjà commencer à poser pour exécuter une transition de la bonne façon vers une alimentation plus intuitive que restrictive :

1. Cesser de compter les calories de façon rigoureuse. C’est la première et plus importante étape.

2. Manger plus lentement ; un repas devrait durer de 20 à 25 minutes pour permettre à ton estomac de transmettre le signal de satiété à ton cerveau. Puisque l’objectif est de ré-établir ce contact de faim et de satiété, c’est vital.

3. Laisser derrière toutes les croyanes et tendances alimentaires. Ça n’a pas d’importance ce que les autres font ou ne font pas : ce qui est important c’est de manger d’une façon qui te fait sentir bien et qui conviennent à TON corps.

4. Oublier les « aliments interdits » mettre un terme au cycle de culpabilité/restriction.

5. Met de côté la balance et le taux de gras. Ce n’est plus ce qui est important.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi