T’entraîner durant tes règles : fais ça, pas ça !

06 Octobre 2019 | Anne-Marie Gobeil

AND_7174

Si à l’approche de tes règles ou durant tes menstruations tu te sens totalement démotivée, que tu as l’impression de ne pas performer comme d’habitude, de perdre soudainement ton endurance, ta force, ta discipline, tu n’es pas folle.

Le cycle menstruel est un sujet un peu incompris. Depuis ton adolescence, comme beaucoup de femmes, tu as probablement cru que c'est simplement quelque chose qui t’arrive chaque mois et que tu dois apprendre à tolérer les symptômes désagréables qui en découlent.

Parler de menstruations est encore plus tabou

Avoue que la dernière fois que tu as demandé à ta voisine de bureau au boulot si elle avait un tampon à te donner, tu t’es assurée de baisser la voix pour que personne autour n’entende.

Ou encore, tu as encore l’habitude de filer illico aux toilettes avec ta serviette sanitaire de rechange méticuleusement dissimulée dans ta manche pour que personne ne remarque le geste.

S’il y a quelque chose dont tu ne devrais jamais avoir honte, c’est bien de ton cycle. Et d’ailleurs, ce n’est pas comme si tu pouvais éliminer ou ignorer tes hormones féminines : elles font partie de toi, pour une majorité de ta vie.

Que ça nous plaise ou non, nous devons toutes vivre avec notre cycle menstruel, alors tout aussi bien commencer à apprendre comment s’adapter. Et par là, j’entends de moduler ton mode de vie en fonction de ton cycle.

Oui, ça s’apprend! En sachant exactement comment ton cycle féminin opère, tu peux travailler en équipe avec tes hormones, reprendre le contrôle de ton corps et optimiser ton bien-être…mais surtout cesser d’être victime des montagnes russes hormonales de ton cycle qui affectent ton énergie, ta motivation et tes performances !

Quoi changer au niveau de ton entraînement ? 

Peut-être que tu ne le savais pas, mais le premier jour de ton cycle menstruel est le jour où tu commences à saigner abondamment. 

Durant les menstruations, c’est la période de ton cycle où tes hormones sont à leur plus bas, ce qui affecte ton énergie, ton endurance et ton momentum. Tu peux évidemment te sentir plus fatiguée, voir déprimée et maussade sans raison, ou encore avoir envie de t’isoler.

Ça c’est sans parler des autres désagréments causés par la chute des hormones : crampes, ballonnements, irritabilité, sensibilité extrême, maux de tête, nausées, douleurs articulaires, fringales.

Si tu es une fille qui s’entraîne régulièrement, tu vas définitivement observer une diminution marquée de ta force, de ton endurance et de ta récupération musculaire. Tous ces « super-pouvoirs » sont sponsorisés par l’œstrogène et la testostérone, qui ne sont pas à leur meilleur durant tes règles.

Concrètement, ça signifie que ton choix d’activité physique doit être intelligent :

- Tu récupéreras mal d’un entraînement musculaire : ce n’est pas la semaine pour établir un nouveau record de force.

- Fait intéressant : la production de sérotonine étant basse autour de cette période de ton cycle, tu ressentiras davantage la douleur physique.

- Un entraînement cardiovasculaire à haute intensité si tu souffres de crampes, de ballonnements ou bien si tu te sens tout simplement à plat n’est probablement pas la meilleure stratégie.

- T’en vouloir et culpabiliser parce que tu n’as ni l’énergie ou la force de compléter 6 jours d’entraînement cette semaine est contre-productif.

- Essayer de « brûler » les aliments réconfortants que tu t’es donnée le droit de manger avec beaucoup de cardio et des restrictions alimentaires ne fera qu’augmenter le niveau de stress dans ton corps et disrupter tes hormones davantage.

Il nous reste l’option logique de se reposer si on en ressent le besoin ou de mettre la pédale douce sur son niveau d’activité physique : c’est le moment idéal pour une sortie plein-air, du yoga ou pour travailler ta mobilité avec des étirements.

Certaines pourront maintenir leur routine d’entraînement régulière en réduisant la fréquence et l'intensité de leurs sessions, mais d’autres en seront physiquement incapables ; et si c’est ton cas, je ne veux pas que tu culpabilises. Rien ne sert de mener un combat contre Mère Nature ; elle gagnera toujours!

Plutôt que de percevoir tes règles comme une nuisance à tes objectifs, maximise cette période de ton cycle en rechargeant tes batteries. Personne (non, même pas toi) ne peut rouler à cent miles à l’heure sans jamais s’arrêter et reprendre son souffle.

Il ne faut pas s’en faire, tout rentrera à la normale dans les jours suivants la fin des règles, où nous nous sentirons redevenir nous-même! Et, inévitablement, le cycle se répétera…tous les mois!

Trouves-tu plus difficile de maintenir ton entraînement et tes bonnes habitudes durant tes règles?

 

PSST !  Dès le 21 octobre, le programme naturalME par Barbelle te permettra de cycler tes entraînements au gré de tes hormones féminines. En attendant, tu peux télécharger gratuitement la verison d'essai du programme pour faire l'expérience de cette méthode toute naturelle.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article ava-sol-nxYdGSGi-nU-unsplash

    3 raisons pour lesquelles suivre ton cycle menstruel va t’aider à diminuer ton taux de gras de façon stable

    2019-09-03 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article benjamin-klaver-zAtTuN6Ykok-unsplash

    Le meilleur moment de ton cycle pour faire du HIIT

    2019-10-02 22:27:16 | Anne-Marie Gobeil