Prendre soin de toi, ce n'est PAS un bain moussant ou boire un demi litre de vin

22 Décembre 2019 | Anne-Marie Gobeil

AND_7463

Hier, alors que je me cuisinais un bon souper, je me suis mise à réfléchir à la forme que « prendre soin de moi » prenait à mes yeux.

Parce que ces temps-ci je l’entends beaucoup, cette phrase-là. Les « Prends donc soin de toi un peu! » ou bien les fameux « Gâtes-toi! » fusent à gauche et à droite. J’imagine que c’est parce que je suis (relativement nouvellement) maman. Et c’est entièrement vrai qu'on a toutes besoin d’affection et d’amour quandon devient maman. Mais moi, je n’ai jamais vraiment eu le réflexe de me dorloter. Je n’ai jamais eu vraiment besoin de ça en particulier. Ma thérapie à moi, la façon dont je peux m’aider à me sentir mieux dans ma peau et à y voir plus clair dans mes idées c’est en transpirant à grosse gouttes au gym ou bien après quelques jours à avoir troqué les desserts sucrés pour une tonne de fruits et de légumes. AH!

Tu sais, prendre soin de soi ça ne rîme pas avec bain moussant, massage relaxant ou bien avec séance de shopping thérapeutique pour tout le monde. Prendre soin de soi, c’est tellement plus profond que d’étendre un masque d’argile sur le visage, de siroter un (ou 4) verres de vin ou bien de se faire faire les ongles. Tout ça, c’est certain que ça peut apporter un baume sur une mauvaise journée et te faire feeler pépé le temps d’une soirée, mais ça n’a pas le pouvoir de te faire sentir BIEN, en dedans et en dehors, sur le long terme. C’est éphémère. Si tu te retrouves souvent à « te gâter » pour mieux avaler ton quotidien, c’est là qu’il y a un problème.

Quand je pense aux actions que je pose pour mieux prendre soin de mon corps comme de mon esprit, ce sont les choses les plus SIMPLES du monde qui me viennent à l’esprit. Un autre dénominateur commun? Ces choses-là sont toutes entièrement gratuites (ou quasi) :

  1. Je valorise mon sommeil et dors 8 heures par nuit ;
  2. Je bois beaucoup d’eau ;
  3. Je bouge quotidiennement ;
  4. Je m’alimente sainement ;
  5. J’entretiens des relations positives avec les gens dans ma vie et aussi avec mon corps.

Point. Rien de fancy, rien de shiny.

En fait, ÇA c’est que je considère personnellement prendre soin de ma personne. Vraiment, c’est à ces gestes-là que j’attribue mon énergie ou mon manque de vitalité ; quand ces variables-là sont stables, je me sens bien, productive, énergique, vivante et motivée. Quand je néglige ces éléments fondamentaux de mon bien-être, je me sens atrocement angoissée, ballonée et fatiguée.

Ne me dis pas que je peux « patcher » une semaine de débandade alimentaire qui fait sentir mon corps lourd et amorphe par une escapade au spa ou un verre de blanc : ça ne marchera PAS comme ça.  Alors si on arrêtait toutes de justifier nos exutoires comme des « gâteries » hebdomadaires pour se redonner un peu de pep et qu’on se concentrait sur ce qui PÈSE VRAIMENT dans la balance (sans vouloir faire de jeux de mots plates). À go, on cesse de faire l’autruche et on se sort la tête du sable.

Je ne dis pas que tu ne devrais pas profiter des bonnes choses de la vie et que tu devrais jamais te gâter ou te dorloter. Ce que je DIS, c’est que tu ne peux pas acheter une dose raisonnable de bien-être physique et mental à coup de bains thermiques ou de thé calmant. Il faut véritablement que tu t’attables avec toi-même et que tu fasses le point sur ton rythme et tes habitudes de vie AVANT tout. La VRAIE source d'un désagrément passager, d'une perte de vitalité ou d'une lourdeur peuvent être allégés par de saines habitudes que tu peux commencer à adopter MAINTENANT.


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi