Et si c'était un trouble alimentaire

05 Février 2019 | Anne-Marie Gobeil

4L7A9560

Je n’ai jamais vraiment su si je souffrais d’un trouble alimentaire. Au fait, je n’ai jamais consulté ou été diagnostiquée.

Tout ce que je sais, c’est qu’à 14 ans, j’ai décidé que je voulais peser 110 lbs, pas 130.
Qu’à 15 ans, je comptais mes calories religieusement.
Qu’à 17 ans, je me trouvais grosse et que je faisais attention de rentrer mon ventre en permanence.
Qu’à 18 ans j’ai commencé à m’entraîner avec le seul objectif de brûler des calories et qu’à 21 ans, je pesais méticuleusement tous mes aliments, omnibulée par la quête d’un pourcentage de gras toujours plus bas.
Qu’à 24 ans, je vais mieux, mais qu’il m’arrive encore d’angoisser quand je mange « trop » et que le chiffre sur la balance, si je lui prête trop d’attention, il finit par occuper toutes mes pensées.

Je ne sais pas si ça fait de moi une victime des troubles alimentaires. Je ne sais pas si c’est tout noir ou tout blanc ces affaires-là. Je ne sais pas si tu peux lever la main uniquement si tu as ton badge de membre du groupe. Je ne sais pas si tu es en droit de te sentir concernée si tu fais un poids santé et que la taille de tes vêtements indique un gros « M ». Ça peut passer inaperçu ces choses-là, et c’est ce qui est tragique.

Je sais juste que les troubles alimentaires frappent les femmes, comme les hommes, comme les jeunes. Que la culture de la minceur, le culte du corps parfait et l’industrie des diètes peut tenir en otage même les plus fortes d’entre nous.

Je sais juste qu’on n’en guérit pas vraiment. Pas complètement. Qu’on rechute et retombe dans nos catacombes et nos pensées sombres. Je sais juste qu’on perd parfois nos repères parfois. Je sais aussi que je ne me sens pas sexy quand j’en parle. Voilà, maintenant tu sais que je manque de confiance, moi aussi. Que je ne suis pas blindée, même pas immunisée à mes propres pensées. 

Il y a une raison pour laquelle je m’oppose furieusement aux diètes.

Pourquoi je fais la guerre aux insta-vedettes et aux pseudos-coachs, qui ne réfléchisse pas plus qu’un cactus avant de clamer que leur régime bas en féculents ou leur détox au jus de fruits sont responsables de leur taille fine et de leur glowing skin.

Il y a une raison pourquoi quand je dis à mes clientes que manger santé, ce n’est pas compter ses calories je me fais dévisager. Pourquoi quand je leur atteste qu’elles peuvent être en forme, fortes et endurantes sans avoir à manger les mêmes aliments chaque jour, elles sourcillent avec sceptisme.

La raison est la suivante : je crois qu’on est plusieurs, beaucoup plus nombreuses qu’on pourrait le penser, à souffrir, parfois à notre propre insu, de troubles alimentaires. Je pense que de ne pas tout contrôler, ça nous terrifie en dedans. Je crois que de ne pas se rationner, ça nous désarme.

Surtout, je crois qu’on est nombreuses à cacher un trouble alimentaire derrière une façade de discipline et de persévérance.

Je le sais parce que dans le milieu du « fitness », plus on se dit « prête à tout », plus c’est facile de se faire applaudir et féliciter. Je le sais, parce que « suivre une diète » dans ce monde-là, c’est glorifié et jamais questionné.

Je ne suis pas en position de te prier d'aller consulter, mais j'espère que tu le feras.

Et si tu choisis de demeurer incognito, j'ose espérer que tu trouveras au moins quelqu'un, en chair et en os ou derrière ton écran, à qui te confier.

J'espère que tu cesseras de penser que tu mérites de vivre dans l'ombre d'un trouble alimentaire et que peut-être tu mettras ce monstre-là sur papier, que tu peindras un truc, que tu feras un numéro de danse contemporaine ou composera une mélodie pour sortir le méchant.

Cette semaine, c'est la Semaine Nationale De Sensibilisation Aux Troubles Alimentaires et si tu veux prendre siège dans la conversation sur l'anorexie, de la boulimie et l'hyperphagie, tu peux le faire en partageant ce texte. Tu ne sais jamais qui tu pourrais aider.

 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article

    Cliente-Du-Mois : Comment Audrey a réussi à surmonter les troubles alimentaires en misant sur l'équilibre

    2016-10-10 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article gardie-design-social-media-marketing-563667-unsplash

    Se débarrasser d'une relation toxique avec la nourriture : mode d'emploi

    2018-10-07 16:54:50 | Anne-Marie Gobeil