Tu as raté un entraînement ? Arrête de culpabiliser, fille.

22 Mars 2020 | Anne-Marie Gobeil

anastase-maragos-1UnEP_LiMw0-unsplash

Je crois que quand on est une adepte de l'activité physique, on a tendance à se mettre beaucoup de pression sur les épaules.

En fait, même si tu commences tout juste à te tremper le gros orteils dans le monde de l'entraînement, je pense que tu ressens probablement cette pression toi aussi d'être 100% p-a-r-f-a-i-t-e, 100% du temps vis-à-vis ton programme. 

Je sais que  la moi d'il y a quelques années avais l'habitude de se sentir hyper coupable de donner autre chose que 100% de son attention, de son énergie et de son temps à ses séances d'entraînement.  Même si je me sentais malade, fatiguée, débordée ou tout simplement not into it, je ne me permettais jamais de manquer l'un de mes entraînement.

Juste l'idée de sauter une soirée au gym me faisait crisper d'anxiété  ; même si ça signifiait que ma séance allait être contre-productive et m'épuiser davantage physiquement (ou mentalement), je n'arrivais pas à déculpabiliser.

Dans ma tête, si je ne suivais pas mon plan à la perfection près, j'échouais. Point, barre.

Flexibilité inc.

Quand j'ai entrepris de faire de mon mode de vie actif une priorité, je n'avais pas vraiment l'emploi du temps le plus chargé en ville : j'étais une étudiante de 18 ans (qui foxait ses cours de l'après-midi pour aller au gym, entre autres) et qui, soyons honnêtes, n'avait pas vraiment d'engagement ou de vraies responsabilités. Disons tout simplement que j'étais loin de mener le train de vie occupé (entre autres : être une maman, aka avoir la responsabilité de prendre soin d'un autre humain que moi-même) que j'ai actuellement ! Et la réalité, c'est que parfois, la vie se met entre toi et ton entraînement.

Honnêtement, parfois je suis débordée. Vie d'entrepreneure oblige, j'ai parfois tellement de tâches à accomplir et de projets qui s'enchaînent que je n'ai pas l'opportunité de m'entraîner pendant 3 jours consécutifs.

Je ne te parle même pas des nombreux défis qu'une maman rencontre. Certes, mon petit homme n'a que tout fraîchement un an, mais à plusieurs reprises et pour diverses raisons (nuits écourtées, conflit d'horaire, culpabilité), mon entraînement n'était pas au sommet de ma liste de priorités du tout.

Les fluctuations autour de mon cycle féminin jouent énormément sur ma capcité physique à m'entraîner plusieurs fois par semaine. Si tu lis mon contenu sur la rechcerche d'équilibre et de bine-être autour du cycle menstruel (un sujet qui me passionne!) tu sais qu'à l'approche de mes règles, mon corps refuse catégoriquement mes routines haute-intensité normales. Le sommeil, le plein-air et de bons aliments nutritifs (là dedans, j'inclus mon choclat noir et une bonne dose de glucides)  passent avant le sport durant cette période.

En toute franchise, parfois, j'ai la motivation d'aller au gym et de tout donner, mais mon corps refuse tout simplement de collaborer. Je me sur-estime souvent ; je me crois indestructible et hors d'atteinte quand il est question de ma forme. "Ben non, Anne-Marie, tu n'es pas trop fatiguée pour t'entraîner, tu as juste besoin d'un café!" ...jusqu'à ce que mon corps me force à ralentir le rythme ou bien que je chope l'une de ces grippes virulentes qui me cloue au lit durant quelques jours.  Pour être vraie, parfois, il m'arrive tout simplement d'être mentalement épuisée ; de n'avoir envie de rien d'autre que du silence et de faire le vide.

La vérité, c'est que être 100% parfaite, 100% du temps, c'est plus idéaliste que réaliste. Ça n'arrivera pas ; tu ne seras pas toujours impeccable. En fait, la plupart du temps, tu seras tout sauf parfaite. Tu vas simplement essayer de faire de ton mieux pour tout balancer et juste tenter de garder la tête en dehors de l'eau. Life happens et c'est CORRECT.

Comment faire pour tout balancer?

Ça ne veut pas dire que ton entraînement ne devrait pas être une priorité. Pour moi, mon entraînement figure encore au sommet de la pyramide des choses qui sont essentielles à mon bien-être. Mais, je crois qu'il est vraiment important que tu apprennes à être flexible si tu ne veux pas qu'être en forme soit juste une "phase". Surtout, il faut que tu cesses de te t'autoflageller juste parce que tu ne possèdes pas le super-pouvoir de te dupliquer en plusieurs versions de toi-même et être partout en même temps. 

Faire preuve de flexibilité, ça exige de la pratique et une bonne dose de patience. Saupoudre le tout d'un peu d'essais-erreurs et tu y seras! Le plus important pour y arriver, c'est de changer sa relation avec le gym. J'avais l'habitude de croire que mes efforts seraient ruinés si je manquais un jour ou deux d'entraînement ou bien que le programme que je suivais ne vaudrait plus rien si je l'interrompais ou le modifiais. Mais tu vois, c'est faux : crois-tu VRAIMENT que tu peux anéantir les efforts que tu as investis durant des semaines/mois/années en t'accordant une journée de repos? Bien sur que NON! 

Il y a plusieurs façons de recalibrer son entraînement pour qu'il s'accorde avec notre emploi du temps chargé, tout comme il y a plusieurs techniques pour retomber sur ses pattes si on a un criant besoin de mettre la pédale douce sur l'entraînement. Voici quelques façons : 

1. Premièrement, fais preuve de "laisser-aller" plus souvent. Apprends à tourner la page si tu manques un entraînement. Demain sera ton occasion de revenir en force.

2. Si tu as besoin de couper ton programme du jour en deux et de séparer ce derniers sur deux jours, fait le. 

3. Tu peux définitivement bouger sans aller t'entraîner entre quatre murs : vas faire une randonnée, vas faire de l'escalde intérieure, vas nager, vas skier! 

4. Un entraînement maison de style tabata sera court et intensif : bouger durant 10 minutes vaut mieux que de ne pas bouger du tout si tu navigues une semaine occupée 

5. Il se peut fort bien qu'un manque d'énergie et de motivation soit issu du phénomène de sur-entraînement/sous-récupération. Dans le cas échéant, tu aurais avantage à utiliser un DELOAD pour t'aider à te remettre sur pied. Tu peux en apprendre davantage sur les deloads juste ici

Au final souviens-toi de ces mots : "Ne stresse pas. Reste en mouvement."


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi

  • Lire l'article

    Pourquoi les hommes et les femmes progressent (vraiment) différemment ?

    2017-06-19 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article

    "Je ne progresse pas aussi vite que les autres femmes, pourquoi?" Les raisons scientifiques derrière des divergences de résultats en entraînement

    2019-08-26 00:00:00 | Anne-Marie Gobeil

  • Lire l'article Sans_titre3

    Ton niveau de stress impacte beaucoup plus tes résultats que tu le penses

    2019-01-28 15:43:47 | Anne-Marie Gobeil