Réponses à tes questions sur la santé *spécial été

01 Juin 2020 | Anne-Marie Gobeil

blog

Hier, j’attendais en file à la pharmacie de mon quartier. Période d’attente à la caisse oblige, mes yeux se sont promenés sur les couvertures des magazines mode disposés au comptoir.

Des titres criards et trop clichés du style « perdre 15 lbs avant la saison du bikini », « les secrets de stars pour un corps parfait », « les détoxs de star pour un corps incroyable », « être sexy cet été, même après une grossesse » ornaient les couvertures. J’ai senti une pointe de rage (teintée par un sentiment de pur découragement) monter en moi.

Je ne peux tout simplement pas croire qu’en 2020, avec tous les énormes avancées que nous avons fait dans notre manière de penser, ÇA, ça soit encore ce que les magazines régurgitent à l’approche de l’été. Come on !

Je suis presque entièrement convaincue que personne n’achète ces magazines, mais en même temps, je sais que c’est exactement le genre de langage inflammatoire qui fait du mal aux femmes, qui entretiens leurs insécurités, qui les mêlent quant à ce qu’elles devraient manger. Et ça, ça me dérange.

Je sais qu’une détox minceur pour ressembler à une star quelconque ayant joué dans un mauvais film dernièrement n’est pas ce que la majorité des femmes recherchent. Même si tu penses que tu veux perdre du poids rapidement, crois-moi, ni toi ni ton corps ne veut vraiment suivre une détox ou une diète de star.

Je le sais, car je reçois des questions de vraies femmes (pas l’idée offensante et vide que des analystes marketing se font de l’audience cible de ces magazines-là). Des femmes avec des vraies vies, un vrai intérêt de prendre soin d’elles, un vrai désir d’être bien dans leur corps. Les questions que je reçois de votre part, les filles, elles sont intelligentes, pertinentes et bienveillantes envers votre propre corps.

J’avais donc envie de partager certaines d’entre elles de manière anonyme ainsi que mes réponses ici, pour offrir un peu de clarté à quiconque en ayant besoin :

 

Question :

Est-ce que les suppléments naturels (comme un « fat-burner ») peuvent augmenter mes résultats en perte de poids ?

La réponse courte est : non. Probablement pas autant que tu le crois, du moins. Tous les suppléments ne sont pas nécessairement mauvais (à question, mais avant même d’en faire l’achat, tu serais mieux d’investir tes sous dans :

* Des produits pour le corps, les cheveux, ménager qui sont naturels/sans parabens/sans aluminium : ces ingrédients communs ont un impact énorme sur ton système endocrinien et ont une cascade d’effets négatifs qui peuvent vraiment affecter comment ton corps se comporte avec l’accumulation de gras

* Un filtre pour ton eau + boire beaucoup d’eau pour bien éliminer les toxines

* Garder ton taux de sucre stable en mangeant des protéines (poulet, poisson, tofu, yogourt grec, cottage, tempeh, fruits de mer, viande...etc) et de bons gras (noix, avocat, huile d’olive ou coco, beurre de noix, poisson gras) à chaque repas / collation

* Ré-investir tes sous dans des aliments biologiques (surtout pour ce qui touche aux viandes) dans la mesure du possible. Les aliments issus de la culture non-biologique contiennent des pesticides qui surcharge ton foie et le font travailler plus fort. Ceci lui complique la tâche quand il s’agit de détoxifier ton organisme des toxines qui peuvent rester en circulation et être « neutralisées » dans les cellules graisseuses. Beaucoup de femmes ont l’impression que leur corps a beaucoup de difficulté à laisser aller leurs réserves de gras, peu importe ce qu’elles font. Ton corps essaie simplement de te protéger en emmagasinant ce qui est dangereux et n’a pu être éliminé adéquatement dans le gras.


* Un bon probiotique ou manger beaucoup d’aliments contenant naturellement des probiotiques (tempeh, légumes fermentés, kimchi, miso, kombucha) afin d’assurer la santé de ton microbiote (les bonnes bactéries vivant dans tes intestins). Ta santé digestive a un impact direct sur l’équilibre de tes hormones.

Nourrir toutes ces bonnes bactéries est aussi important : les aliments riches en prébiotiques (la nourriture des probiotiques) tels les bananes juste avant qu’elles soient bien mûres, l’ail, les pommes, les oignons crus et cuits, la racine chicorée, les asperges et les poireaux devraient être utilisés dans ta cuisine.

Crois-moi, ces gestes là vont te mener bien plus loin que la simple prise d’un supplément !

 

Question : Je fais des efforts constants pour être active et manger sainement, mais j’ai l’impression de faire du sur-place et je ne vois pas de réels changements sur mon corps. Qu’est-ce qui se passe ?

 

Il peut y avoir une multitude de raisons pour lesquelles ton corps s’entête à ne pas « progresser » comme tu crois qu’il le devrait, en dépit de tes efforts quotidiens. Par expérience, il y a 3 raisons fréquentes qui bloquent les femmes dans leur progression : le stress, un débalancement hormonal, une ou plusieurs intolérances alimentaires. Parfois, il peut aussi y avoir plusieurs co-facteurs qui contribuent collectivement à te ralentir dans l’atteinte d’un niveau optimal de bien-être.

Le stress : il peut évidemment s’agir du type de stress qu’on connaît et qu’on peut identifier, comme un emploi stressant ou un événement difficile dans notre vie. Mais le stress qui peut nuire à ta physiologie en entier peut aussi être dû à des habitudes de sommeil sous-optimales, une routine d’entraînement trop rigoureuse (en contraste avec des capacités de récupération limitées) ou encore un déficit calorique trop important.

Un débalancement hormonal : pour être en bonne santé, il est important que nos hormones soient en équilibre. Particulièrement si on est une femme. Les hormones dans le corps ont toutes un ou plusieurs rôles bien précis. Elles travaillent en symbiose, ensemble. Quand un membre de l’équipe ne peut pas bien faire son boulot, ça affecte toute l’équipe.

Un (ou plusieurs) sensibilité alimentaire : que ce soit le blé, le lactose, la caféine, un légume ou les oeufs, plusieurs individus vivent avec des intolérances ou sensibilité alimentaires sans le savoir. Une sensibilité n’est pas une allergie ; elle déclenche plutôt une réaction auto-immune dont les symptômes désagréables peuvent être subtils ou modérés dans le corps. À la longue, si on continue de consommer les aliments auxquels ont est sensibles, la paroi intestinale qui nous protège des corps étrangers dans le tube digestif peut s’affaiblir et laisser passer des molécules d’aliments dans notre système sanguin. Il s’agit d’un élément stressant pour le corps, qui peut déclencher toutes sortes de réactions (ballonnements, problèmes de peau, maux de tête, gain de poids).

 

Question : Est-ce vrai que je dois couper l'alcool si je veux perdre du gras ?

Ce qu'on sait de l'alcool, c'est que c'est une source d'inflammation pour le corps et qu'il nuit au bon fonctionnement de ton foie. Le foie est aussi responsable de métaboliser les graisses, et joue donc un rôle très important dans la diminution du taux de gras (si tel est ton objectif). La réponse courte est : oui, l'alcool rend la perte de tissu graisseux plus difficile.

Cependant, je ne crois pas que tu devrais renoncer à toute occasion sociale de passer un bon moment avec des amies, un verre de blanc à la main. Pour moi, la modération facilite l'assiduité  à long terme et je pense que pour beaucoup d'autres femmes, c'est pour elles aussi un gage d'équilibre et de succès.

Réduis ta consommation d'alcool, surtout sous forme de cocktails très sucrés et caloriques, mais ne t'empêche pas de vivre non plus.

 

Question : L'été, j'aime bien courir. Est-ce que je peux combiner mes séances d'entraînement et mes séances de course dans une même semaine ?

De manière générale, si la course est pratiquée de manière récréative et que tu prends le temps de récupérer adéquatement de tes entraînements et sorties de cours, il ne devrait pas y avoir de problème.

Par contre, si tu as de grands objectifs avec la course (comme courir un 10 km ou un demi-marathon même), je déconseille de maintenir une routine d'entraînement musculaire quotidienne. Pour des raisons de récupération, je crois qu'il vaut probablement mieux réduire le nombre deséances de musculation que tu fais pas semaine pour permettre de bien performer dans tes objectifs de course.

 

Question : C'est difficile pour moi de rester motivée vis-à-vis mes entraînements quand il fait si beau dehors. J'ai juste envie de passer du temps à l'extérieur ! Est-ce que je vais perdre tous mes progrès si je m'entraîne moins ?

Soyons juste réalistes pour un instant : est-ce que c'est viable de viser LE PROGRÈS quand on ralentit le rythme, quand on relaxe en vacances, quand on consacre moins de temps à l'entraînement?

J'ai l'impression que beaucoup de filles se mettent de la pression inutile pour continuer de progresser malgré le changement notable de rythme de vie - qui soit-disant-passant est temporaire, donc pas alarmant du tout! Comme si ne pas progresser était signe de régression!

Et ça, tout ce que ça fait, de s'imposer cette pression-là, c'est de t'induire un sentiment de culpabilité et un stress tout aussi inutile. 

Autant combler l'utile à l'agréable en profitant du beau temps pour faire une activité plein-air avec ta famille ou tes amis. Est-ce la fin du monde si tu troques ta séance de gym pour une randonnée en nature ou une balade à vélo ? Absolument pas! Il même très probable que cette activité physique en plein air te permette de décompresser dans la nature (bye bye cortisol dans le tapis).

Évidemment, il ne faut pas lancer les sessions d'entraînement conventionnelles à la poubelle; ce sont celles-ci qui t'aident à atteindre tes objectifs, à garder ton corps forts et tes os en santé.  Par contre il n'y a rien de mal à diversifier le type d'acitivtés physiques que tu pratiques en été. Tu échapperas à la monotonie de la routine et ceci t'évitera de te sentir restreinte. 

 

Question : Je veux m’entraîner sur une base régulière, mais je n’ai pas beaucoup de temps libre et j’ai peur d’échouer pour cette raison. Pourrais-tu me suggérer un horaire d’entraînement équilibré qui produira de bons résultats ?

Si tu n’as que 10, 20 ou 30 minutes de libre dans ta journée pour bouger, ne soit pas inquiète : ce n’est pas la durée de ton entraînement qui pèse le plus lourd dans la balance, mais bien la qualité et l’intensité de celui-ci.

Du temps que je fréquentais les gyms, il y a quelques années, je pouvais passer des heures sur le plateau d’entraînement. Ne vas pas croire que mes entraînements étaient hyper exigeants et livraient de super résultats : personne (non, même pas moi!) ne peut s’entraîner avec la bonne intensité et le focus nécessaire durant deux heures d’affiliée. Sans farces !

C’est depuis que je suis maman que je produis mes meilleurs entraînements…très souvent sous la barre des 30 ou 20 minutes. Voici quelques uns de mes secrets :

* Touche à tous les groupes musculaires du corps (jambes, dos, bras, abdominaux) dans une même séance. Ceci te permettra à la fois de travailler ta masse musculaire, mais aussi de faire brûler davantage d’énergie (calories) à ton corps.

Voici un exemple d’horaire et d’exercices qui travaillent le corps entier :

Lundi :
Squats, push ups, planche, thrusters

Jeudi :
Deadlifts, press, v-up, bent over rows

Samedi :
Lunges, chin ups, burpees, tricep dips

 

* Utilise des techniques d’intensification pour accomplir plus de travail en moins de temps. Par exemple :

AMRAP : Faire un maximum de répétitions en un temps donné.
Ex : Faire un maximum de squats possible en 60 secondes.

Échelle d’endurance : Bâtir un nombre de répétitions ascendantes ou descendantes avec de 4 à 6 mouvements.
Ex : 21 lunges, 15 press, 12 push ups, 9 hip thrust, 6 burpees, 3 chin ups

Tabata : Faire 20 secondes d’effort maximal et prendre 10 secondes de repos. Répéter 8 fois.
Ex : 20 sec de mountain climbers, 20 secondes de repos x 8 (4 minutes consécutives)

L’entraînement, c’est beaucoup moins complexe qu’on le croit !

 

Quelles sont les questions que tu te poses par rapport à ta santé à l'approche de l'été ? 


Anne-Marie Gobeil

Anne-Marie Gobeil

FONDATRICE - PRÉSIDENTE DIRECTRICE GÉNÉRALE - BLOGGEUSE - COACH BARBELLE

En gros, je suis Barbelle ! Ça y est, la glace est brisée. Je suis entraîneure de formation, athlète et blogueuse de passion. Mon objectif est de rassembler les femmes dans un mouvement qui les fait sentir fortes et confiantes. À bas les stéréotypes : changeons plutôt la définition du mot « fitness ».


Tu aimeras aussi